skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

La consécration pour Frida Hansdotter au slalom féminin

Souvent abonnée aux deuxièmes places, la Suédoise Frida Hansdotter obtient la consécration à l’âge de 32 ans en se parant de l’or olympique à PyeongChang. C’est elle qui arrache la médaille d’or du slalom féminin sur la très belle pente du stade de Yongpyong, avec cinq petits centièmes d’avance sur la Suissesse Wendy Holdener, victorieuse de la première manche et la toute jeune Autrichienne Katharina Gallhuber, 20 ans, qui obtient le bronze sans avoir jamais terminé sur le podium d’une course de coupe du monde.

En 2016, Frida Hansdotter avait réussi à conquérir le petit globe du slalom en profitant de l’absence temporaire de Mikaela Shiffrin, la reine incontestable de la discipline. Cette fois, la Suédoise de 32 ans s’offre le plus beau succès de sa longue carrière en arrachant de haute lutte la médaille d’or du slalom devant Wendy Holdener, la Suissesse, et Katharina Gallhuber, la surdouée autrichienne partie avec le dossard 15.

Getty Images

« J’ai été surprise aujourd’hui parce que je n’étais pas très nerveuse, a expliqué la Suédoise. J’avais envie de profiter de cette journée et j’avais le sourire. J’avais simplement envie de skier aussi vite que possible. »

Annulé mercredi en raison du vent violent, le slalom féminin a offert un très beau spectacle sur la pente assez raide de Yongpyong sous un soleil radieux et une température avoisinant les 0°. Parti avec le dossard n°1 en première manche, la Suissesse Wendy Holdener, deuxième des championnats du monde l’an passé, en profite pour prendre la tête et n’en partira pas. Deux Suédoises sont en embuscade : Frida Hansdotter, 2e à 20 centièmes et Anna Swenn Larsson, 3e à 40 centièmes. Mais la première sensation est la quatrième place de l’immense favorite Mikaela Shiffrin qui skie beaucoup plus durement que d’habitude et se retrouve reléguée à 48 centièmes de la tête.

Wendy Holdener (Getty Images)
Un podium surprise

La deuxième manche est tout aussi intense. C’est d’abord la petite Autrichienne Katharina Gallhuber qui fait sensation en s’installant en tête. Neuvième de la première manche, elle signe le meilleur temps sur le deuxième tracé en 48.83. Mikaela Shiffrin vient mourir à huit centièmes de Gallhuber et ses espoirs de doublé s’envolent. Mais ensuite, Frida Hansdottter s’élance avec une rage inhabituelle. Elle qui a collectionné les deuxièmes places tout au long de sa carrière prend tous les risques avec une maîtrise technique éblouissante. Elle prend le commandement avec 27 centièmes d’avance. La dernière à s’élancer est la Suissesse Wendy Holdener, championne du monde du combiné alpin, l’année dernière, et deuxième en slalom. Sa manche est plus que solide, elle fait jeu égal avec Hansdotter à tous les intermédiaires mais vient mourir à cinq centièmes de la médaille d’or.

Katharina Gallhuber (Getty Images)

Hansdotter-Holdener-Gallhuber, le podium était difficile à pronostiquer même si Frida Hansdotter est logiquement couronnée pour son impressionnante longévité au plus haut niveau. Cinq fois médaillée, lors des cinq championnats du monde qu’elle a disputés, trois fois victorieuse en coupe du monde et victorieuse de la coupe du monde de slalom en 2016. Elle lui manquait un grand titre. L’anomalie est réparée.

back to top En