skip to content
Date
05 déc. 2003
Tags
Actu CIO , Communiqué de presse

La commission exécutive achève sa dernière réunion de l'année




La commission exécutive du Comité International Olympique (CIO) a terminé aujourd’hui à Lausanne deux jours de réunion productifs.



Hier matin, la commission exécutive s’est réunie avec le conseil exécutif de l’Association des Comités Nationaux Olympiques (ACNO) et s’est félicitée de constater que les résolutions approuvées lors de la dernière Assemblée générale de l’ACNO en mai 2002 à Kuala Lumpur avaient été adoptées par tous les CNO.



La commission exécutive a pris la décision importante de procéder à de nouvelles analyses des échantillons prélevés lors des XIXes Jeux Olympiques d’hiver à Salt Lake City en vue d’y rechercher la présence éventuelle de THG, un stéroïde à structure modifiée, sur l’avis d’experts ayant confirmé qu'il était légalement et scientifiquement possible de le faire. La commission exécutive a également décidé que la période de contrôles en compétition pour les Jeux Olympiques irait de l’ouverture du village olympique à la cérémonie de clôture des Jeux. Par ailleurs, la commission a reçu des informations sur la restructuration de l’administration du CIO et du Musée Olympique, et le nouvel organigramme qui fournira un cadre pour le développement des opérations du CIO lui a été présenté.



La séance de l’après-midi a été principalement consacrée aux prochains Jeux Olympiques et aux progrès réalisés par les divers comités d’organisation. Le président de la commission de coordination des Jeux de 2004, Denis Oswald, n’a pas manqué de relever avec satisfaction la somme et la qualité du travail accompli au cours des dernières semaines à Athènes. Au terme du rapport exhaustif présenté par la présidente du comité d’organisation, Gianna Angelopoulos-Daskalaki, la commission exécutive a approuvé le relais de la flamme olympique qui, pour la première fois, voyagera à travers les cinq continents. Elle a également accepté l’organisation des épreuves masculines et féminines de lancer du poids à Olympie, en hommage aux Jeux de l’Antiquité qui s’y déroulaient. Ont suivi le rapport du président du comité d’organisation de Turin, Valentino Castellani, ainsi que le compte rendu des préparatifs réalisés à Beijing et Vancouver.



La commission exécutive a par ailleurs clarifié sa position sur la question du non-paiement par les gouvernements de leurs contributions à l’Agence Mondiale Antidopage (AMA). La commission a jugé  qu’il appartenait à l’AMA, et non au CIO, de s’assurer du paiement par les gouvernements de leurs contributions. Elle a précisé qu’en cas de non-paiement, les athlètes des pays concernés seraient autorisés à participer aux Jeux, que les CNO continueraient de percevoir leur part de revenus, et que les hymnes et drapeaux nationaux ne seraient pas interdits. Il a été décidé que la seule mesure que le CIO pourrait prendre serait de ne pas inviter aux Jeux Olympiques les officiels des gouvernements mauvais payeurs. La commission exécutive a souligné que les athlètes ne devaient pas être victimes de la négligence de leur gouvernement.



Aujourd’hui, la commission exécutive a entendu le rapport de la commission d’éthique sur ses  activités et sur différents dossiers de plaintes déposées récemment, et a approuvé une série de recommandations (voir communiqué de presse émis ce jour). Elle a en outre pris connaissance des rapports des commissions et des directeurs de l’administration du CIO.



Enfin, la commission médicale, à laquelle il avait été demandé d’étudier le rapport de l’USOC sur les cas présumés de dopage impliquant des athlètes américains dans les années 80 et 90, dont l’affaire  Jerome Young, a rendu ses conclusions à la commission exécutive. Cette dernière a considéré qu’en dépit de la somme de documents examinés, il manquait encore des éléments clés. Un complément d’information sera demandé à l’USOC et la commission médicale devra présenter un nouveau rapport à la prochaine réunion de la commission exécutive en février à Athènes.

back to top