skip to content

La Britannique Mani Cooper s’inspire des vœux de bonne chance d’Eddie "the Eagle", alors qu'elle écrit une page d'histoire

Mani Cooper OIS
L'athlète du combiné nordique Mani Cooper veut changer l'histoire des sports d'hiver britanniques.

Mais tout d'abord, l'adolescente aux performances inédites pour son pays est ravie d'embrasser la légende de l'homme qui, pour beaucoup, définissait une attitude auto-dévalorisante envers tout ce qui concerne la neige et le ski !


Il y a trente-deux ans, un maçon nommé Eddie ‘the Eagle’ Edwards avait deux fois terminé dernier en saut à ski masculin aux Jeux Olympiques d’hiver de 1988 à Calgary et il avait instantanément gagné une place dans le cœur du public britannique.

Bien qu'elle est née plus de 15 ans plus tard, et soit déjà en bonne voie pour vivre une carrière sportive de haut niveau, Mani Cooper est tout autant séduite par les lunettes d'Edwards que la plupart du monde.

"Je dois dire que j'ai dû un peu retenir mes larmes", a-t-elle révélé après avoir reçu un message vidéo de soutien de la part du célèbre olympien, samedi matin - peu de temps avant de devenir la première athlète britannique à disputer une épreuve olympique de combiné nordique.


"Je l'ai déjà rencontré et il est exactement celui que les gens imaginent." Portant avec elle les vœux de bonne chance d'Edwards, Mani Cooper a atterri à 69 m dans l'épreuve de saut à ski le matin avant de se battre dans une difficile course de ski de fond pour terminer 19e au classement général.

Pas mal du tout pour une athlète d'un pays avec si peu d'histoire dans ce sport. Et contrairement à Eddie Edwards, qui n’a plus disputé une épreuve internationale au haut niveau après 1988, la première expérience olympique de Cooper ne marque que le début de son parcours.

 

"Cette compétition est pour moi une expérience incroyable et c'est comme un tremplin", a-t-elle déclaré. "C'est du progrès, du progrès, et encore du progrès."

Peut-être un peu plus pertinente que Edwards, maintenant âgé de 56 ans, l'actuelle n°2 mondiale du combiné nordique féminin, Tara Geraghty-Moats (USA) croit elle aussi en Mani Cooper.

Tara Geraghty-Moats OIS

"Après la course, Tara est venue vers moi et m'a dit que je m'étais améliorée et que je devais continuer à travailler. Je sais que je dois continuer à bosser et je vais continuer."

Née et élevée en Angleterre, Mani Cooper a déménagé en Autriche pour poursuivre son rêve et ses ambitions à l'âge de 10 ans. Elle vit et s'entraîne maintenant à Innsbruck et évoluer dans des installations de haut niveau avec des camarades de formation d'élite la propulse vers l'avant.

"Ils m’aident tellement, ils ont préparé mes skis aujourd’hui", a dit Mani en parlant de l'équipe d'Autriche de combiné nordique. Avec Lisa Hirner, l'Autrichienne qui a remporté la première médaille d’or olympique de la jeunesse chez les femmes dans la discipline, Mani Cooper se trouve clairement au bon endroit.


Cependant, il n'existe rien qui lui fera oublier son identité britannique ! "C'est incroyable de représenter la Grande-Bretagne, je dois dire que j'ai été très émue ces derniers temps. Après le saut, j'étais dans ma cabine et je pleurais de joie en regardant la photo de groupe familiale avec mes petits-cousins proclamant "Go Mani".

"J'ai entendu des fans britanniques sur le parcours crier " Go on GB !" et c'était cool !"

back to top En