skip to content
2015 Getty Images
Date
13 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Cyclisme sur piste , Colombie

L’or sinon rien pour le pistard colombien Fernando Gaviria

Seule la médaille d’or satisfera Fernando Gaviria qui va essayer de devenir le premier Colombien champion olympique de cyclisme sur piste lors de l’omnium – « l’ironman » de la discipline – qui commence le 14 août.

Gaviria est champion du monde en titre de l’épreuve multidisciplinaire qui comprend six défis différents : la course scratch, la poursuite individuelle, la course par élimination, le contre-la-montre, le tour lancé et la course aux points. La compétition se déroule sur deux jours et requiert un équilibre subtil entre endurance et vitesse pure.

Il s’élancera avec l’étiquette de favori, mais aura affaire à forte partie avec des pistards comme l’Allemand Roger Kluge, l’Australien Glenn O’Shea et le Britannique Mark Cavendish, son ancien équipier sur la route et roi des arrivées au sprint du Tour de France.

Gaviria est resté discret depuis son arrivée à Rio pour ses premiers Jeux Olympiques, mais il s’est fixé quelques objectifs clairs. « Si on me présente un document me garantissant le bronze, je ne le signerai pas, car je suis quelqu’un qui a horreur de la facilité », dit le Colombien de 21 ans.

Cycling

« Je préférerais terminer quatrième de l’omnium et m’écrouler d’épuisement avec des vertiges après 160 tours que d’appliquer une stratégie conçue spécifiquement pour le bronze. Je souhaite utiliser jusqu’à la dernière goutte de mon énergie pour gagner purement et simplement l’or. »

Il peut s’attendre à un soutien massif des Sud-Américains dans le vélodrome où il tentera de faire mieux que son camarade colombien Rigoberto Uran, vice-champion olympique de la course sur route, il y a quatre ans à Londres.

L’omnium, qui a remplacé la poursuite individuelle, la course aux points et l’Américaine à partir des Jeux de 2012, peut être comparé au décathlon et à l’heptathlon en athlétisme, et peut se définir comme la recherche du cycliste le plus complet.

Gaviria, qui est pressenti pour une future carrière sur route extraordinaire, souligne que l’omnium est avant tout une question de rythme et de récupération. « C’est une course qu’il faut aborder très calmement, ce qui est loin d’être facile car aux Jeux Olympiques, les trois premiers volets de l’omnium, [la course scratch, la poursuite individuelle et la course par élimination] ont lieu le même jour », explique-t-il.

Kluge, dauphin de Gaviria lors des derniers Championnats du monde à Londres, précise cependant que le Colombien sera l’homme à battre. « Il est double champion du monde et c’est le grand favori », dit l’Allemand.

back to top En