skip to content
Getty Images

L'or olympique, le seul titre qui manque encore au palmarès de Marcel Hirscher

Recordman du nombre de victoires au classement général de la Coupe du monde de ski alpin (six fois d'affilée, de 2012 à 2017), six fois champion du monde, double tenant des titres du slalom et du géant, Marcel Hirscher n'a encore jamais remporté l'or olympique. Médaillé d'argent en slalom à Sotchi en 2014, il vise l'objectif de monter enfin sur la plus haute marche du podium à PyeongChang, et disposera de plusieurs chances d'y parvenir.

Il reste encore cinq courses à disputer dans la Coupe du monde de ski alpin 2016-2017 ce 4 mars à Kranjska Gora (Slovénie), mais en s'imposant dans le slalom géant, la quarante-quatrième victoire de sa carrière, Marcel Hirscher écrit une page d'histoire, deux jours après avoir fêté son 28e anniversaire. Il s'assure définitivement son sixième "gros globe" de cristal consécutif, une série démarrée en 2012. Il dépasse ainsi le légendaire Marc Girardelli qui détenait le précédent record avec cinq victoires au classement général, lesquelles n'avaient toutefois pas été obtenues à la suite. Marcel Hirscher achève sa saison par un nouveau succès en slalom géant, le 18 mars 2017 lors de la finale d'Aspen (Colorado). Soit 107 podiums en tout, 45 fois premier, 42 fois deuxième, 20 fois troisième.

Et tout cela sans être un véritable skieur polyvalent ! Le champion autrichien ne dispute pas la descente, et ne compte qu'une seule victoire en super-G, remportée en 2016 à Beaver Creek. Il ne s'est jamais imposé dans le combiné en Coupe du monde. Mais il domine outrageusement deux disciplines, le slalom (20 victoires) et le géant (22 succès). Solide, sûr, précis, tout en attaque, capable de produire des numéros de très haut vol entre les piquets, il sort très rarement des tracés et gagne souvent avec des marges considérables.

La saison pré-olympique est également celle où il réalise le doublé dans ses deux disciplines de prédilection lors des Championnats du monde FIS de Saint-Moritz 2017. Deuxième titre en slalom après celui gagné à domicile aux Mondiaux de Schladming en 2013, et premier sacre planétaire en géant. Les deux fois, il creuse de gros écarts en première manche, puis déroule sur les seconds tracés pour laisser tous ses adversaires à bonne distance. Il est le premier skieur à réaliser ce doublé depuis Alberto Tomba à Sierra Nevada en 1996 !

Getty Images

L'enfant d'Annaberg-Lungötz, commune et station de ski du Land de Salzbourg, totalise désormais six titres mondiaux, puisqu'il a également remporté le super-combiné à Beaver Creek en 2015 et deux fois la compétition par équipes nationales avec ses camarades autrichiens (l'épreuve par équipes qui entre au programme olympique aux Jeux de PyeongChang 2018), en 2013 à Schladming et en 2015 dans le Colorado.

Blessure à l'orée de la saison olympique

Dans sa préparation pour un nouveau défi olympique, Marcel Hirscher connait un coup d'arrêt. Il se blesse le 17 août 2017 à l'entraînement (fracture de la malléole latérale de la jambe gauche). Il confie cependant en septembre que "la guérison se passe bien. Malgré le pied dans le plâtre, l'essentiel pour moi est de trouver mon rythme et le bon état d'esprit." Et il continue à s'entraîner, tous les jours. "Je travaille mes points faibles, ce qui ne serait normalement pas le cas à cette période de l'année, je renforce certaines zones du haut du corps, des muscles auxiliaires importants, et bien sûr mon pied droit," écrit-il sur son blog. Mi-octobre, il est déjà de retour sur les skis.

Getty Images

Et il effectue son retour le 12 novembre dans le slalom de Levi (Finlande) où après une bonne première manche (4e), il paye son manque de préparation sur le second tracé et termine 17e. Comme il l'avait remarqué, "d'une façon ou d'une autre, il me manquera les 20 à 25 précieux jours de ski qu'Alexis Pinturault et compagnie auront d'avance sur moi avec le nouveau matériel." La FIS a en effet décidé pour cette saison menant aux Jeux de PyeongChang de modifier la configuration des skis de géant : ils sont désormais d'un radius de 30 mètres, et d'une longueur de 193 cm avec une tolérance jusqu'à 198 cm.

Rien qui n'inquiète le sextuple vainqueur du gros globe de cristal, dont la collection comporte aussi huit petits globes (4 en slalom, 4 en géant) : "Je ne me fais absolument aucun souci pour PyeongChang. Je serai à nouveau au top de ma forme," dit-il.

La quête de l'or aux Jeux d'hiver

Toute sa jeunesse, puisqu’il a été mis sur des planches à 2 ans par son père Ferdinand, directeur d’une école de ski, Marcel Hirscher a été considéré comme un des plus grands espoirs autrichiens. Il a entendu les observateurs s’exclamer "un jour, ce petit Marcel va devenir très bon" et tout son parcours a été ponctué de victoires, notamment aux championnats du monde juniors où il a amassé cinq médailles, dont trois en or, et un doublé slalom/géant en 2008. Il dispute ses premiers Jeux Olympiques en 2010 à Vancouver à 20 ans où, manquant encore d’expérience, il termine 4e en géant et 5e en slalom, avant de prendre son envol lors de la Coupe du monde FIS.

Getty Images

Lors des Jeux de Sotchi 2014, sur les pentes de Rosa Khutor, Marcel Hirscher ne connaît pas la réussite attendue dans le géant, remporté par l'un de ses plus grands rivaux, l’Américain Ted Ligety, et où il prend la 4e place comme à Vancouver. Le dernier jour, pour le slalom, tout paraît très mal parti pour le champion autrichien puisqu’il est 9e à 1.28 de son compatriote Mario Matt après une première manche où il s’est quelque peu perdu entre les piquets. Mais sur un 2e tracé diabolique, Marcel se libère, lâche les chevaux, réalise le meilleur temps et remonte jusqu’à la 2e place derrière Matt qui le devance de seulement 28/100e au final. "Dieu merci, cette seconde manche était très sélective, sinon il n'aurait pas été possible de remonter. On recherche des champions olympiques, on ne fait pas des courses d’école", souligne alors Marcel Hirscher avec justesse.

Quatre ans et de nombreuses victoires et trophées plus tard, il se lance à nouveau à la quête du ou des seul(s) titre(s)qui manque(nt) à son palmarès : l'or olympique. Sur les pistes de Yongpyong et de Jeongseon, le fantastique Marcel Hirscher aura plusieurs chances, en slalom et en géant bien sûr, mais aussi dans l'épreuve par équipes avec l'Autriche, ainsi qu'en super-combiné, et qui sait, en super-G s'il s'aligne dans cette discipline. Alors qu'il a dit entrevoir la fin de sa carrière sportive après ses troisièmes Jeux d'hiver, Il compte bien finir en apothéose, sur la première marche du podium, une fois, deux fois… trois fois ? 

back to top En