skip to content

L'insatiable Ohno étoffe sa carte de visite en patinage sur piste courte

Apolo Anton Ohno était devenu le plus célèbre des patineurs de vitesse sur piste courte. Certains le considéraient tout simplement comme le meilleur athlète de la discipline, puisqu’il avait remporté l’or et l’argent aux Jeux de 2002. L’Américain avait également gagné deux titres de Coupe du monde et un Championnat du monde. À Turin, il souhaitait prouver qu’il avait toujours cette faim de victoire qui avait fait son succès quatre ans plus tôt, et que son esprit de compétition était resté intact.


Toutefois, ses débuts aux Jeux de 2006 ne furent pas brillants. Tentant de défendre son titre au 1 500 mètres, il termina la demi-finale de manière dramatique en manquant de chuter tandis qu’il essayait de dépasser le patineur chinois Li Ye. Ohno parvint à éviter la chute, mais le temps qu’il retrouve son équilibre, il était descendu à la quatrième place. Il ne put se qualifier pour la finale et dut se contenter de regarder le Sud-Coréen Ahn Hyun-Soo décrocher l’or.

Vint ensuite le 1 000 mètres, qui s’annonçait comme un véritable duel entre Ohno et Ahn. Après les Jeux Olympiques de 2002, Ahn avait remporté sept titres mondiaux, mais Ohno figurait parmi les rares patineurs à l’avoir vaincu lors d’une grande compétition.

Ils s’affrontèrent en quarts de finale. Ohno dut s’incliner face à son rival, mais les deux hommes furent qualifiés. Le même schéma se reproduisit en demi-finale : Ahn réussit à s’imposer, mais Ohno parvint tout de même à se qualifier pour la finale.

Les présages se révélèrent justes. Ahn, impérieux, s’attribua la victoire en établissant un nouveau record olympique, menant la course du début à la fin sans réelle menace de ses adversaires. Quant à Ohno, il hérita du bronze après s’être fait dépassé par un autre patineur sud-coréen, Lee Ho-Seok, à seulement un demi-tour de l’arrivée.

Il ne lui restait plus qu’une chance d’obtenir une médaille d’or : le 500 mètres, la course la plus frénétique sur piste courte. Cette fois encore, Ahn se trouvait sur son chemin, de même que le champion du monde en titre du 500 mètres, François-Louis Tremblay.

Le jour de la finale, une telle nervosité régnait parmi les athlètes qu’il y eut deux faux départs. Mais la troisième fois, Ohno prit un départ parfait et s’élança devant ses concurrents. Il garda la tête d’un bout à l’autre de la course et décrocha la médaille d’or, établissant un nouveau record olympique dans la foulée.

Ohno participa à nouveau aux Jeux Olympiques d’Hiver en 2010, où il ajouta à sa collection deux médailles de bronze et une d’argent. Il demeure l’un des patineurs de vitesse sur piste courte les plus connus de tous les temps.

 

back to top En