skip to content
Date
12 oct. 1964
Tags
Tokyo 1964

L'insatiable Gyarmati obtient une dernière fois l'or en water-polo

Waterpolo

Se peut-il qu’un jour on en ait assez de gagner des médailles ? Probablement que non si l’on a l’esprit de compétition qui fait avancer tant d’athlètes olympiques et clairement non dans le cas du joueur hongrois de water polo, Dezso Gyarmati. Les Jeux de Tokyo furent les cinquièmes Jeux consécutifs où il remporta une médaille, marquant ainsi dans le bronze sa réputation de joueur de water polo parmi les plus talentueux de l’histoire, réputation qu’il conserve encore de nos jours. Ses premiers Jeux, Gyarmati les avait disputés en 1948 au sein de l’équipe qui monta sur la deuxième marche du podium. Quatre ans plus tard, la Hongrie repartit d’Helsinki avec l’or en poche avant de défendre avec succès son titre à Melbourne en 1956. Petite baisse passagère en 1960 lorsque, pour la première fois dans sa carrière olympique, l’équipe de Gyarmati rata la qualification en finale et dut se contenter du bronze. Maintenant, à l’âge de 36 ans, il concourait à ses derniers Jeux et voulait absolument, pour marquer cette étape, voir son équipe remonter sur la plus haute marche du podium.

Jeune homme, il avait joué au handball et pratiqué la boxe ; il possédait le don, rare, d’être ambidextre même s’il avait tendance à jouer de la main gauche. Alors qu’il était surnommé « Clumsy » (maladroit), il était au contraire à la fois véloce, tenace et talentueux. Au sommet de sa carrière, Gyarmati était connu pour savoir nager rapidement et arriver à parcourir 100 m en 58,5 secondes. Maintenant par contre, il se fiait moins à la vitesse et plus à son expérience et à ses talents hors norme de tacticien. Il lui fallut rester calme lors du match crucial contre la Yougoslavie, l’adversaire le plus dangereux de la Hongrie, qui menait dans la dernière minute. Alors qu’il restait 25 secondes au compteur, la Hongrie égalisa, ce qui eut un impact déterminant sur le classement. Sans cette marque de dernière minute, la médaille d’or serait revenue aux Yougoslaves. Au lieu de cela, Gyarmati repartit avec la troisième médaille d’or de sa carrière exceptionnelle. Il devint par la suite chef entraîneur de l’équipe nationale hongroise qu’il mena vers la médaille d’or lors des Jeux Olympiques de 1976 à Montréal ainsi que vers les médailles de bronze lors des Jeux de 1972 et de 1980. Il épousa Éva Székely, médaillée d’or de natation.

Tags Tokyo 1964
back to top