skip to content
Date
06 févr. 1972
Tags
Sapporo 1972 , Actu CIO

L’inconnu Fortuna fait un pas de géant pour la Pologne

Lorsqu’il s’agit de bâtir la sélection polonaise pour Sapporo, le jeune sauteur Wojciech Fortuna, 19 ans, ne figure même pas parmi les présélectionnés et il ne doit sa présence de dernière minute qu’à des forfaits sur blessure. Il est pratiquement inconnu et défend de surcroît les couleurs d’un pays qui n’a jamais gagné de médaille d’or aux Jeux d’hiver.


Peut-être favorisé par son anonymat et le peu d’espoirs placés en lui, Fortuna va sauter sur l’occasion pour signer une performance plutôt spéciale.

Avec le recul, les signes étaient patents dès sa première épreuve, le tremplin normal. Noyée dans l’euphorie de l’incroyable triplé du Japon, la sixième place de l’inattendu adolescent polonais est en effet passée presque inaperçue.

Cinq jours plus tard, il est de retour sur le grand tremplin, une épreuve qui a lieu dans des conditions venteuses et imprévisibles. De nombreux sauteurs profitent des rafales pour signer de grands sauts, mais aucun avec un effet aussi dévastateur que le néophyte polonais.

Lorsqu’il décolle, Fortuna plane jusqu’à la distance époustouflante de 111 m, nouveau record du tremplin. Son saut est si impressionnant qu’il suscite un débat parmi les juges pour savoir si le vent n’a pas faussé la compétition et s’il fallait la reporter. Après délibération, ils décident cependant de continuer. L’envolée prodigieuse de Fortuna est donc entérinée.

Deuxième après la première série de sauts avec 106 m, le Japonais Yukio Kasaya, lauréat du tremplin normal, est en embuscade, mais il est clair que si Fortuna réédite peu ou prou son premier saut, l’or ne lui échappera pas.
L’adolescent ne réussit cependant qu’à retomber à 87,5 m, soit à plus de 20 m de son premier saut, mais heureusement pour lui, Kasaya passe également à travers en sautant à 85 m, ce qui lui vaut d’être éjecté du podium.

Alors qu’il ne reste plus qu’une poignée de sauteurs à passer, Fortuna conserve la tête du concours grâce à son total de points. Le Suisse Walter Steiner réalise ensuite le meilleur saut de la série, à 103 m, ce qui lui permet d’être propulsé de la 13e à la deuxième place à 0,1 point du Polonais. Il ne reste plus alors qu’un ultime concurrent, l’Allemand de l’Est Rainer Schmidt, qui à la faveur d’un très bon saut passe de la huitième place à la troisième, mais personne n’a pu faire mordre la neige à Fortuna. Dans des circonstances des plus improbables, la Pologne tient enfin son premier médaillé d’or aux Jeux Olympiques d’hiver.

back to top