skip to content
Date
02 févr. 1948
Tags
St. Moritz 1948 , Ski alpin , France , Actu CIO

L'imprévisible Oreiller grave son nom dans le marbre olympique

Henri Oreiller a été la vedette des compétitions de ski de Saint-Moritz, si ce n’est la star des Jeux dans leur ensemble. Il remporte l’or en descente et au combiné ainsi que le bronze en slalom, séduisant et fascinant les spectateurs par son style tout feu tout flamme. Seul un autre athlète réussit comme lui à gagner deux médailles d’or lors de ces Jeux, mais aucun autre ne peut décrocher trois médailles.


Lorsqu’il se présente aux Jeux, Henri Oreiller est un compétiteur confiant et joyeux, réputé pour ne jamais baisser les bras. Son style flamboyant lui a valu le surnom de « Parisien de Val d’Isère », mais on l’appelle aussi volontiers le « fou descendant » en référence à son inlassable attirance pour la vitesse à tout prix, doublée d’une confiance à toute épreuve. Il a ainsi annoncé un jour à ses rivaux que ce n’était pas la peine qu’ils prennent le départ puisqu’il était sûr de gagner. Il a également fait partie de la résistance en France, lors de la Seconde Guerre mondiale.

À skis, son style est basique : dévaler la pente comme un casse-cou et se rétablir dans les airs. À Saint Moritz, cela marche de manière fabuleuse.

Sa victoire en descente appartient à la légende. C’est la première fois qu’on dispute l’épreuve et Oreiller en devient son vainqueur le plus écrasant, en triomphant avec quatre secondes d’avance. L’écart le séparant de son dauphin, l’Autrichien Franz Gabl, est plus important que celui existant entre Gabl et le huitième, le Suisse Fernand Grosjean !

Non content de cette médaille d’or, Oreiller récidive deux jours plus tard dans le combiné alpin. Il s’impose en descente, cette fois-ci de plus de cinq secondes, et peut donc se contenter d’une cinquième place dans le slalom pour sceller sa nette victoire. Il enlève ensuite une troisième médaille, de bronze, dans le slalom.

Oreiller se retirera des pistes en 1952, alors qu’il n’a que 26 ans.

back to top