skip to content
Date
05 sept. 1960
Tags
Rome 1960

L'extraordinaire Wilma Rudolph déjoue les pronostics avec son triplé du sprint

L’Américaine Wilma Rudolph était la femme la plus rapide du monde en 1960. Elle a été la vedette incontestable des épreuves de sprint à Rome, voire l’une des athlètes les plus brillantes des Jeux, toutes disciplines confondues.


Wilma Rudolph est issue d’une famille très nombreuse. 17e enfant d’une fratrie de 18, elle est née prématurément et contracte la poliomyélite à l’âge de 4 ans. Elle en garde une jambe gauche atrophiée dont elle ne retrouve totalement l’usage qu’après avoir porté un appareil orthopédique durant les cinq années suivantes.

À l’âge de 12 ans, alors qu’elle recommence à peine à marcher normalement, Wilma a également été victime de la polio et de la scarlatine. Mais toutes les épreuves physiques qu’elle a dû endurer n’ont pu entamer son vieux rêve de devenir athlète. Elle s’est d’ailleurs forgé un esprit et un mental de championne qui vont être ses précieux alliés.

Allsport

Elle réussit sa première percée sportive au basketball, un sport dans lequel sa sœur excelle. Wilma va être encore meilleure, battant des records et conduisant son équipe au titre de l’état. Parallèlement, elle affiche également déjà d’énormes promesses sur la piste.

Son ascension est extraordinairement rapide. À 16 ans, elle est sélectionnée dans l’équipe olympique américaine pour les Jeux de 1956 à Melbourne d’où elle revient avec une médaille de bronze au relais 4 x 100 m. Trois ans plus tard, elle remporte le premier de ses quatre titres nationaux consécutifs du 100 m. Son plus grand triomphe se conjugue cependant encore au futur.

Aux Jeux, Wilma Rudolph égale d’abord son propre record du monde en demi-finale du 100 m, en 11’’3. Puis, placée au couloir un en finale, elle passe en revue toutes ses adversaires pour s’imposer avec 25 centièmes d’avance en 11’’18. Ce n’est pas un record du monde officiel, puisque le vent soufflait trop fort, mais de l’avis quasi général, Wilma a couru plus vite que n’importe quelle autre femme auparavant.

Getty Images

Quelques jours plus tard, elle ajoute une deuxième médaille d’or à sa moisson en dominant son sujet dans le 200 m qu’elle remporte avec près d’une demi-seconde d’avance. Et pour couronner son triomphe aux Jeux, elle enlève un troisième titre olympique au 4 x 100 m dont elle est la dernière relayeuse. Lorsqu’elle hérite du bâton, Wilma compte deux mètres de retard sur l’Allemande Jutta Heine, mais elle va la passer dans les derniers mètres pour décrocher la victoire et sera accueillie comme une héroïne à son retour chez elle. Elle ne participera cependant plus jamais aux Jeux Olympiques. Elle se retire en 1962 et deviendra plus tard enseignante et commentatrice.

Tags Rome 1960
back to top En