skip to content
Paea Wolfgramm Getty
Date
04 août 1996
Tags
Atlanta 1996 , Actu CIO , Boxe

L’exploit de Wolfgramm pour la première médaille olympique des Tonga


L’ancien rugbyman Paea Wolfgramm est une véritable armoire à glace de 140 kg, mais sur la scène internationale de boxe, le super-lourd des Tonga n’est qu’un illustre inconnu en dehors de son pays.

Aux Jeux Olympiques, cependant, le classement et la réputation ne font pas tout. Wolfgramm se transcende complètement lors de sa participation aux JO, alors qu’il fait partie des boxeurs les moins expérimentés après seulement 24 combats disputés avant Atlanta. Alors que tout le monde s’attend à ce qu’il perde son premier combat, il va jusqu’en finale, causant surprise après surprise en chemin.

Qualifié d’office pour le deuxième tour, il se retrouve face au Biélorusse Sergey Dukhovich, pour un combat serré que le Tongien remporte aux points. En quarts, il doit maintenant affronter le Cubain Alexis Rubalcaba.

Rubalcaba est grand favori pour le titre. Pourtant, dès le premier son de cloche, Wolfgramm prend le dessus en lançant des vagues offensives et en poussant son illustre adversaire dans les cordes. Rubalcaba est surpris et ne parvient pas à réagir. Il reçoit deux comptes debout et ne commence à faire exploser son talent que dans les derniers instants du combat.

Trop tard : Wolfgramm est logiquement désigné vainqueur, sur le score de 17-12. Il est maintenant assuré de décrocher au moins le bronze.

Les Tonga, qui n’ont jamais fait monter aucun sportif sur le podium olympique, peuvent laisser éclater leur joie. Wolfgramm, lui, se concentre sur sa demi-finale face au dynamique Nigérian Duncan Dokiwari. Le combat s’avère magnifique, les deux hommes sont au coude à coude à 6-6 à quelques secondes de la fin. C’est là que Wolfgramm envoie un coup de poing décisif pour prendre l’avantage. La cloche résonne, il tient sa place en finale.

Wladimir KLITSCHKO et Paea WOLFGRAMM Getty

Dans le combat pour l’or, non seulement doit-il affronter l’exceptionnel Ukrainien Wladimir Klitschko, mais il doit aussi faire avec des fractures du nez et du poignet contractées face à Dokiwari. Malgré la douleur visible, Wolfgramm ne peut déclarer forfait. Après tout, un pays tout entier prie pour lui et l’encourage. Après deux premiers rounds où il se montre formidable, il n’est mené que 3-2.

Dans le dernier round, cependant, l’Ukrainien domine et s’impose 7-3. Wolfgramm doit se contenter de l’argent, ce qui reste un exploit de la part d’un boxeur arrivé à Atlanta sans pratiquement aucun fait d’armes dans le sport de haut niveau et qui a passé outre la douleur pour combattre. Ce qui est sûr, c’est que les 169 îles qui composent les Tonga ont fêté dignement cette première médaille olympique !

back to top En