skip to content
Date
27 juil. 1976
Tags
Montréal 1976

L’expérience de Schockemöhle lui vaut enfin l’or individuel - Equestre

Le cavalier allemand chevronné Alwin Schockemöhle a fait appel à tout son métier et toute son expérience pour obtenir enfin la médaille d’or individuelle aux Jeux Olympiques de Montréal en 1976.


C’est le seul titre individuel auquel goûtera le cavalier d’Hanovre, mais il couronne une carrière remarquable dans les plus hautes sphères des sports équestres.

Élevé dans une famille d’agriculteurs, Schockemöhle se révèle sur la scène internationale à l’âge de 23 ans, au sein de l’équipe d’Allemagne victorieuse du saut d’obstacles par équipes aux Jeux Olympiques de 1960 à Rome.

Bien que relégué à la 26e place de l’épreuve individuelle, il est évident qu’une étoile est née.

Il décroche ainsi par la suite une kyrielle de titres et d’accessits aux Championnats d’Europe. Bien qu’il n’arrive pas à concrétiser à l’échelon olympique – il termine septième ex aequo à Mexico en 1968 – son palmarès s’étoffe.

En 1976, il est au sommet de son art lorsqu’il se présente au stade équestre de Bromont, à une heure de Montréal, lieu de rendez-vous des cavaliers et des montures.

Il figure, en compagnie de son frère Paul, parmi les favoris pour le titre par équipes, mais l’Allemagne de l’Ouest est coiffée au poteau par la France.

Dans l’épreuve individuelle, Alwin est le seul cavalier à réaliser un sans-faute lors du premier tour et, lorsqu’il s’élance en dernier pour son deuxième parcours, il sait qu'il peut se permettre de renverser deux obstacles pour être sacré.

Mais il n’utilise pas ce joker.

Alors que quelques gouttes commencent à tomber, il garde sa concentration, et même le triple et ses pièges diaboliques n’arrivent pas à le troubler.

Devant un stade comble, il réalise un nouveau sans-faute et obtient le premier score parfait en près de 50 ans de sauts d’obstacles olympiques.

Alwin Schockemöhle jette alors un coup d’œil au tableau d’affichage, enlève sa bombe et l’agite pour saluer le public en liesse.

Il peut enfin savourer la gloire, cette fois de manière individuelle.

back to top