skip to content

L’épreuve parallèle par équipes mixtes clôture en fanfare le ski alpin


Le parallèle par équipes mixtes est une épreuve qui met le feu : il s’agit en effet d’une compétition mettant aux prises 16 CNO qui s’affrontent via des équipes mixtes – un homme, une femme – dans un slalom à élimination directe. La médaille d’or de ces Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lillehammer 2016 est revenue à l’Allemagne, qui a devancé la Russie et la Finlande.

Le format ? Sur un parcours bref, deux athlètes s’affrontent dans deux manches disputées par paires : homme contre homme, femme contre femme. Le vainqueur de chaque manche marque un point. Au terme des quatre manches, l’équipe qui totalise le plus de points est qualifiée pour le tour suivant.

« C’est vraiment intense », explique le Finlandais Sampo Kankkunen, qui a réussi avec sa partenaire Riikka Honkanen à décrocher la médaille de bronze à la faveur d’un match passionnant gagné contre le Canada 3-1, pour le gain de la troisième place. « Ce n’est pas vraiment technique, mais il faut juste essayer de foncer jusqu’au bout. »

« Il y a beaucoup [d’adrénaline], on n’arrête pas de monter et de descendre. On peut voir son adversaire – à gauche ou à droite – mais il faut y aller. On ne peut pas s’arrêter ou faire un truc technique. Il faut foncer et voir ce qui arrive. J’aime ça, c’est totalement différent. »

Dans un cadre aussi chargé en émotion, l’enthousiasme est à son comble et les surprises peuvent survenir à chaque opposition. Les États-Unis ont ainsi quitté la compétition d’entrée face au Canada, malgré la présence de cracks comme Keely Cashman et River Radamus, vainqueur de trois médailles d’or aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lillehammer 2016.

« Ce n’est pas une épreuve qu’on a l’habitude de disputer, dit River Radamus. C’est plutôt réservé pour des courses spéciales comme celle-là. Personne n’a vraiment d’expérience en la matière et tout le monde ressent de nouvelles sensations, ce qui est sympa et ajoute du piment. L’épreuve est vraiment ouverte. »

L’Allemand Jonas Stockinger laisse éclater sa joie à l’issue d’une manche de la finale parallèle par équipes mixtes. Photo : Simon Bruty (YIS/CIO)

« J’en ai parlé avec certains de mes compagnons de chambre qui font du ski cross et du snowboard cross, et ils m’ont tuyauté. Ils m’ont dit de prendre un départ aussi rapide que possible. C’est exactement comme en ski cross. J’ai donc attaqué pied au plancher et j’ai foncé car le parcours est si court qu’il suffit d’une faute pour sortir de la piste. »

En finale, l’Allemagne a battu la Russie 3-1 et décroché l’or à l’issue d’un match qui s’est terminé de façon dramatique : Aleksey Konkov n’a pas terminé sa manche, laissant la victoire à Lucia Rispler et Jonas Stockinger. Pour ce dernier, ce résultat lui a permis de rebondir après une blessure qui l’a écarté du super-G et du slalom géant : « C’était vraiment cool. Nous avons tout donné et nous avons gagné. »

Pour Sampo Kankkunen, l’épreuve parallèle par équipes mixtes a terminé sur une note passionnante des JOJ satisfaisants. « Tout est si professionnel, dit-il. Il y a des conférences télévisées et tout le reste. C’est quelque chose de nouveau pour les jeunes. Quant à savoir si ça m’a donné des ailes pour les Jeux Olympiques d’hiver, c’est certain. Mais avant, il y a du boulot. »

Écrit par Matt Allen (YIS/CIO) avec Vegard Anders Skorpen et Jade Webster, jeunes reporters du CIO

Matt Allen est reporter au Service d’information des JOJ (Youth Information Service, YIS) de Lillehammer. Auteur de l’autobiographie d’Usain Bolt, Faster Than Lightning, grand succès international, Matt est un journaliste spécialiste de sport et de musique, dont les articles ont été publiés dans des magazines tels que Total Sport, Esquire, Men’s Health, GQ et FourFourTwo.

back to top En