skip to content

L'entrée fracassante d'Alberto Tomba sur la scène olympique, il y a 32 ans…

Alberto tomba alpine skiing Getty Images
Il est un des plus grands skieurs alpins de l'histoire. Alberto Tomba dispute ses premiers Jeux à Calgary en 1988 et en 48 heures, les 25 et 27 février, il s'impose dans le géant puis dans le slalom. Il devient "La Bomba", une immense star en Italie et dans son sport, et continuera à briller de mille feux au cours des dix années suivantes.


Alberto Tomba est un skieur italien atypique et un des plus grands champions de l'histoire de son sport, très différent de ses compatriotes montagnards, nombre d'entre eux étant notamment issus de la région alpine du Trentin-Haut-Adige, également nommée Tyrol du Sud, et au caractère plutôt taciturne. Tomba est un pur Bolognais, enfant de bonne famille né le 19 décembre 1966, très doué pour le sport, et qui se prend de passion au plus jeune âge pour le ski en s'escrimant sur les pentes voisines des Apennins puis de Cortina d'Ampezzo où son père, qui a fait fortune dans l'industrie textile, lui offre les services d'un professeur particulier, Roberto Siorpaes, ancien slalomeur en équipe nationale dans les années 1950 et 1960.

Alberto est fait pour le ski, et comme il le raconte : "Les entraînements intensifs sont arrivés rapidement. Les entraîneurs disaient que j'avais un toucher de neige et un talent particulier pour le ski et qu'il était temps pour moi d'apprendre les bons réglages pour pouvoir exprimer mon potentiel. Mon père était un ami de jeunesse de Roberto Siorpaes et à sept ans, j'ai commencé à m'entraîner avec lui".


Et de poursuivre : "Quelques années plus tard, je disputais mes premières courses près de chez moi, dans les Appenins d'Emilie Romagne. Je n'avais pas beaucoup de temps pour mes études, je faisais l'école buissonnière pour m'entraîner ou disputer des courses, et même si maintenant, je le regrette, il n'aurait pas été possible de bien faire les deux choses. J'ai donc choisi le ski. Je me souviens très bien des premières courses, des victoires, des défaites, des entraînements, tout cela ressemblait à un jeu. Jusqu’à ce que les choses commencent à devenir sérieuses…"

Dans ses spécialités du géant et du slalom (sa mère Maria Grazia refusera toujours qu'il prenne le risque de s'élancer en descente), il obtient d'excellents résultats internationaux au niveau junior, intègre la Coupe d'Europe FIS en 1984, où il signe plusieurs victoires, et se retrouve en équipe nationale à partir de 1986. Dès sa première saison en Coupe du monde, il obtient son premier podium, en se classant 2e du slalom géant d'Alta Badia le 14 décembre 1986.

Alberto tomba alpine skiing Getty Images

L'année de l'explosion au plus haut niveau et du doublé olympique

Lors de la saison olympique 1987-1988, il explose au plus haut niveau, et quand il arrive à Calgary pour disputer ses premiers Jeux, il totalise déjà sept victoires, quatre slaloms et trois géants remportés entre fin novembre et mi-janvier. Dans son style explosif qui lui vaudra bientôt son fameux surnom, il fait partie à 21 ans des favoris pour les épreuves disputées sur les pentes de Nakiska. "Calgary, ça a été très fun pour moi. Je n'avais pas encore gagné la moindre course internationale avant les quelques mois qui ont précédé ces Jeux. Tout était absolument nouveau pour moi, et ce fut donc complètement inoubliable", a-t-il raconté.

Le 25 février, dossard n° 1 sur le dos, il découpe la première manche du slalom géant, et poste un chrono de 1:03.91 qui laisse tous ses rivaux à plus d'une seconde. Dans le second acte, l'Autrichien Hubert Strolz réalise le meilleur temps, mais Tomba n'est qu'à 1/10e et il l'emporte largement avec au total 1 seconde et 4 centièmes d'avance. Le Suisse Pirmin Zurbriggen prend la médaille de bronze à plus de deux secondes. Il n'est que le deuxième champion olympique italien dans la discipline après Gustavo Thöni (qui deviendra son entraîneur) en 1972.

Alberto tomba alpine skiing Getty Images


Deux jours plus tard, ce samedi 27 février 1988, c'est l'heure du slalom. Il prend le départ avec le dossard n°11. Cette fois, la partie est beaucoup plus ardue et Tomba ne termine que troisième de la manche initiale. Devant lui, il y a le Suédois Jonas Nilsson, et en tête, l’Allemand Frank Wörndl, un skieur plus expérimenté qui boucle son premier parcours 63 centièmes plus vite que Tomba. En deuxième manche, le légendaire suédois Ingemar Stenmark signe le meilleur chrono, Tomba réalise le deuxième temps à 34 centièmes et Wörndl, qui ferme le portillon, semble écrasé par la pression et n'est que huitième de la manche.

Tomba s'impose donc devant Wörndl à seulement 6/100e de seconde, alors que le Liechtensteinois Paul Frommelt prend le bronze à 37/100e. Stenmark, dernier auteur du doublé slalom + géant (en 1980 à Lake Placid) prend la cinquième place. Alberto Tomba est une des grandes stars de ces Jeux, devient une immense idole sportive en Italie, et gagne un surnom qui va le suivre durant toute sa carrière : "La Bomba". Mais ce n'est en fait que le début du fabuleux parcours olympique et mondial d'un athlète également connu pour son exubérance. "À Calgary, j'ai donné une énorme fête pour célébrer mon doublé. Ce que les gens ne savent pas, c'est que je fais toujours la fête, je l'aurais donnée même si j'avais perdu !"

 
Le seul à conserver son titre olympique en géant, la remontada de Lillehammer

Dans la foulée de son doublé olympique dans l'Alberta, "La Bomba" devient le meilleur spécialiste des épreuves techniques au monde. Il multiplie les victoires sur toutes les pistes dans ses deux spécialités et engrange les petits globes de cristal en Coupe du monde. Aux Jeux d'Albertville 1992, il émerge en vainqueur du slalom géant à l'issue d'un combat homérique face à Marc Giradelli et Kjetil Andre Aamodt sur la redoutable face de Bellevarde de Val d'Isère. Tomba est tout simplement le premier coureur de l'histoire (et à ce jour, le seul) à conserver son titre dans la discipline ! Dans le slalom aux Ménuires, où ses supporters sont présents en masse au point qu'on se croirait dans un stade de football, il réalise le 6e temps de la première manche, puis le meilleur du second acte : il est battu de 28/100e au total par le Norvégien Finn Christian Jagge. Deux éditions des Jeux disputées, quatre médailles dont trois titres, et ce n'est pas fini !

Aux Jeux de Lillehammer 1994, il commence par tenter de réaliser le triplé en slalom géant. Multipliant les petites fautes en première manche, il n'obtient que le 13e chrono. Il donne tout dans le second acte, mais rate l'antépénultième porte ! Dans le slalom à Hafjell, dont il prend le départ avec le dossard n° 1, onze coureurs lui passent devant en première manche. L'Autrichien Thomas Stangassinger, meilleur temps, le devance d'une seconde et 84 centièmes. Une fois de plus, la Bomba arrache tout entre les piquets de la deuxième manche puis attend. Un à un, tous ceux qui s'élancent après lui butent sur son chrono, tous sauf Stangassinger, qui parvient à conserver 15 petits centièmes de marge sur la ligne d'arrivée.

Le feu d'artifice final

Le quintuple médaillé olympique va connaître quelques-unes de ses plus belles heures sur la fin de son parcours international. Il parvient notamment à gagner le classement général de la Coupe du monde au terme de la saison 1994-1995 en ne disputant que deux disciplines, avec sept victoires en slalom et quatre en géant. Alors qu'il n'avait jamais été en réussite aux Championnats du monde FIS, Il gagne le géant et le slalom aux Mondiaux de Sierra Nevada (Espagne) 1996.

Alberto tomba alpine skiing Alberto Tomba à Sierra Nevada (Espagne) | Getty Images

On le retrouve une dernière fois sur la scène olympique à Nagano 1998, où il ne finit pas ses deux épreuves, puis il met un terme à sa carrière non sans gagner sa toute dernière course, le slalom de Crans Montana le 15 mars 1998.

Avec cinquante victoires et 88 podiums en Coupe du monde, un gros globe de cristal et huit petits de spécialités, deux titres mondiaux, trois médailles d'or et deux d’argent aux Jeux Olympiques, Alberto Tomba est le plus grand skieur alpin italien de l'histoire et un champion inoubliable, une véritable star qui a laissé une trace indélébile dans son sport, et au-delà.

back to top En