skip to content
Date
18 févr. 2010
Tags
Actu CIO , JOJ

L'emblème des JOJ fait voyager les athlètes dans le temps

Alors même qu'Innsbruck 2012 lance son emblème, des athlètes olympiques d'hier et d'aujourd'hui évoquent la façon dont les JOJ auraient pu les aider durant leur carrière.

Frank Wörndl, ancien médaillé olympique de ski alpin, aujourd'hui commentateur sportif, se rappelle sa toute première participation aux Jeux Olympiques de Lake Placid et à quel point la compétition olympique est aussi un jeu psychologique.

"Un athlète devrait aller aux Jeux même s'il n'a aucune chance de remporter une médaille parce c'est aussi un moyen pour lui d'apprendre à se mettre en condition pour le jour où il sera prêt."

Pour Frank Wörndl, les JOJ permettront aux jeunes athlètes de se préparer psychologiquement s'ils choisissent de passer à l'étape suivante et de participer aux Jeux Olympiques. 

Le concurrent olympique de saut à ski, Andreas Kofler, un Autrichien âgé de 25 ans, a été nommé ambassadeur des JOJ d'Innsbruck à l'occasion de la présentation de l'emblème. "Dans ma jeunesse, je n'étais pas le meilleur des sportifs; ces Jeux, s'ils avaient existé, auraient pu me motiver", explique Andreas.

La double championne olympique et membre de la commission de coordination du CIO pour Innsbruck 2012,  Pernilla Wiberg, se souvient de sa participation, à 15 ans, aux championnats du monde juniors de ski comme d'un moment inoubliable. "C'était impressionnant, mais si j'avais eu la chance d'aller aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, ouah, ça aurait été mon plus grand objectif."

Par Kimiya Shokoohi, reporter JOJ

Tags Actu CIO , JOJ
back to top