skip to content
IOC/Arnaud Meylan
Date
21 févr. 2017
Tags
JOJ , Lillehammer 2016 , Actualités Olympiques

L’effet JOJ : Anders Lindstad parle culture et éducation

Les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) signifient bien plus que des médailles et Lillehammer 2016 a porté cette idée à une dimension supérieure. En tant que membre clé de l’équipe chargée d’identifier et de décrire toutes les initiatives et tous les programmes organisés en marge des JOJ de 2016, Anders Lindstad, 46 ans, maître de conférence à l’université de Lillehammer, est parfaitement bien placé pour évaluer comment les Jeux ont rallié la communauté locale, inspiré la jeunesse et jeté les bases des générations futures.

Ayant été volontaire aux Jeux Olympiques d’hiver de Lillehammer 1994, Anders Lindstad a été bien entendu aux anges lorsque la ville a été choisie pour accueillir les JOJ de 2016. Sur le plan sportif, le conférencier était excité à l’idée d’assister une fois de plus à du sport de haut niveau sur le palier de sa porte. Il était également ravi de voir les installations des Jeux de 1994 réutilisées, un vrai témoignage de leur durabilité et de leur qualité.

Il admet toutefois être agréablement surpris par l’importance particulière accordée aux programmes de culture et d’éducation en marge de l’action sur le terrain. Et la manière dont les jeunes avaient la possibilité d’utiliser les Jeux comme outil d’apprentissage a laissé en outre une impression énorme sur l’homme qui a aidé à quantifier l’impact de Lillehammer 2016 dans ces domaines.

IOC/Laura Godenzi

“Je m’attendais à ce que la compétition soit vraiment belle car nous savons bien que la région de  Lillehammer a l’habitude de recevoir des compétitions de sports d’hiver, mais je ne m’attendais pas à une qualité aussi bonne et à un niveau aussi élevé des programmes de culture et d’éducation,” a confié Anders Lindstad. “J’ai été impressionné par ces programmes et par d’autres. Nous avons assisté à de superbes compétitions sportives et les deux autres piliers des Jeux Olympiques de la Jeunesse ont également été extraordinaires.

“J’ai été plutôt chanceux de travailler sur ce projet visant à répertorier toutes les initiatives et activités organisées grâce aux Jeux Olympiques de la Jeunesse. C’est impressionnant de voir tant d’initiatives qui ont vu le jour et combien de personnes ont été associées à différents programmes concernant les JOJ. C’est bien plus que de la compétition seulement.”

Ce sentiment est exprimé extrêmement souvent en relation avec les JOJ mais l’édition de Lillehammer semble avoir atteint un cran encore au-dessus. Anders Lindstad sait que les jeunes athlètes participant aux Jeux auront appris énormément de leurs expériences.  Tout aussi significative à ses yeux, c’est l’impulsion donnée à l’infrastructure locale et on citera à ce titre le village des athlètes transformé en logements pour étudiants.

Un aspect qui revêt peut-être encore plus d’importance pour  Anders Lindstad : l’impact que les Jeux peuvent avoir sur les comportements des jeunes de la région. “Nous avions un programme destiné à rendre les écoliers plus actifs,” a-t-il dit. “C’est important pour tous les jeunes de la région. Il est difficile de donner des chiffres exacts mais ce programme a touché un grand nombre".

IOC/Ubald Rutar

“Il y avait aussi le programme permettant aux élèves d’écoles supérieures d’acquérir une première expérience professionnelle dans le cadre des JOJ. Nous avions encore le programme d’initiations sportives afin que les spectateurs ne soient pas seulement des spectateurs,  mais qu’ils soient aussi actifs.

“Des écoliers sont venus sur les sites, ont regardé des épreuves sportives puis ont essayé certains sports avant de tenter l’expérience culturelle ; c’était une belle coopération entre les écoles et le comité d’organisation. Certains s’intéressaient au sport, d’autres aux manifestations sportives. Le programme des jeunes dirigeants aussi était excellent. La devise des Jeux était : « Allons plus loin, créons notre lendemain » et je pense que l’idée de créer son lendemain a véritablement inspiré la jeunesse.”

IOC/Arnaud Meylan

Anders Lindstad a également été associé à la mise en place d’un nouveau cours dans son  université qui s’est déroulé pratiquement en tandem avec les Jeux. Et les avantages potentiels de cette collaboration constituent vraiment un plus en ce qui le concerne.

“Le bachelor en gestion du sport est un héritage des Jeux,” a-t-il dit. “Nous avons commencé en 2014 et je pense que les Jeux ont joué le rôle de catalyseur dans sa mise sur pied. Il était en effet important avec les Jeux d’offrir aux étudiants la possibilité d’obtenir une expérience de travail en situation réelle. Ces opportunités ont vraiment été une aubaine pour la région."

“Un grand nombre d’étudiants ont beaucoup travaillé avec les Jeux Olympiques, ils ont commencé tôt, ils ont à la fois travaillé pendant les Jeux mais aussi avant pour susciter l’attention. Je pense qu’il est réellement important d’associer les étudiants, les jeunes, les clubs de sport locaux, et de faire participer au projet le plus grand nombre possible car ainsi vous en tirez plus de bénéfices.” 


back to top En