skip to content

L’écologiste Lizzie Carr salue la “démonstration d’unité” à Lausanne 2020

OIS
Que vous préfériez les pistes d’athlétisme, les pentes enneigées ou encore l’eau, le sport a toujours représenté une occasion de s’éloigner du quotidien. Peu importe votre âge, vos origines ou vos convictions, tout le monde peut être uni grâce à l’amour du sport et de la compétition.

L’écologiste britannique Lizzie Carr reconnaît cela et a été impressionnée par ce qu’elle a vu au Vortex, le village olympique de la jeunesse de Lausanne 2020 : la présentation de plus de 70 drapeaux différents, chacun représentant un pays concourant aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d’hiver.

OIS

Lizzie Carr admet ressentir de l’émotion en lisant un post Instagram disant : “Alors que des centaines d’athlètes parmi les meilleurs du monde se côtoient et vivent ensemble sous un même toit au village olympique, les tensions politiques et les troubles civils se poursuivent à travers le monde."

Lizzie Carr

“Ce qui m’a frappée, c’est de voir à quel point nous avons besoin du sport. C’est un stabilisateur. Il ne discrimine pas. Tout le monde y met du sien et respecte les mêmes règles. Nous sommes tous égaux et malgré les philosophies opposées de certaines nations, la démonstration d’unité de la part des athlètes – en particulier aux JOJ – envoie un message important au monde.”

OIS

Lizzie Carr est la fondatrice de Plastic Patrol, une initiative lancée en 2016 pour lutter contre la quantité croissante de plastiques rejetés de manière irresponsable dans le monde. Elle parcourt le globe pour diffuser un message de durabilité. Son organisation a déjà aidé à réduire le nombre de déchets plastiques dans plus de 60 pays. Lausanne 2020 joue également son rôle en sensibilisant la population à cette problématique. La ville avait organisé plusieurs activités de “plogging” en prélude aux JOJ d’hiver.

Grâce à ses voyages, Lizzie Carr en sait plus que la plupart d’entre nous sur les tensions politiques et les troubles civils auxquels font face un grand nombre de personnes dans le monde. En 2018, elle a descendu sur plus de 250 km le fleuve Hudson aux États-Unis sur un stand up paddle pour montrer à quel point les voies navigables du monde sont polluées par des déchets plastiques et d’autres débris. Aujourd’hui, sa visite à Lausanne 2020 a souligné la sensibilisation et l’engagement croissants de tous à organiser des événements plus propres et plus durables, afin de s’assurer que la planète est au premier plan des préoccupations.

La militante écologiste explique comment les JOJ de Lausanne 2020 l’inspirent elle aussi, grâce à l’esprit des jeunes athlètes qui concourent : “Sous la fragilité de la discorde mondiale, il y a une rivalité amicale, la paix et la coopération internationale, et cela me donne de l’espoir pour l’avenir.”

 
 
 
 
View this post on Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

UNITING THE WORLD THROUGH SPORT On my last day at the Winter Youth Olympics I toured the Athlete Village. As I stood in front of flags from all 106 nations taking part I felt a bit choked. On that same day, as hundreds of the world’s best competitive athletes hung out and lived together under one roof in the Olympic Village, the political tension and civil unrest round the world continued. It struck me just how much we need sport. It’s a leveller. It doesn’t discriminate. Everyone has put in the work and everyone respects and abides by the same set of rules. It’s all equal and despite the opposing philosophies of some nations, the display of unity from athletes - particularly at the Youth Olympics - sends such an important message to the world. Under the fragility of global discord there is friendly rivalry, peace and international cooperation - and this makes me hopeful for the future. @lausanne2020 @youtholympics @olympicchannel #ad #GameChangers #winterolympics #youtholympics #switzerland #wintersports #climate change #Lausanne2020

A post shared by Lizzie Carr (@lizzie_outside) on

back to top En