skip to content
IOC
Date
18 oct. 2018
Tags
Actualités Olympiques, JOJ, Buenos Aires 2018
Buenos Aires 2018

L’avenir du journalisme est entre de bonnes mains

Avant de remporter le trophée des jeunes reporters, Sharome Burton, un journaliste de radio de la Dominique, était rarement allé au-delà des Caraïbes. Le programme phare du CIO n’a jamais été aussi indispensable.



Sharome Burton se moule parfaitement dans le cadre du programme de jeunes reporters que le Comité International Olympique a lancé lors de l’édition inaugurale des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Singapour 2010.

Il y a un moins d’un an, Sharome, âgé de 22 ans, travaillait quasiment 24 heures sur 24 à la station de radio nationale de la Dominique pour rendre compte des ravages causés par l’ouragan Maria et il n’avait pas de certitudes quant à son avenir.

Quelques mois plus tard, ce 17 octobre plus précisément, le jeune Caribéen a eu la fierté de recevoir le prix Steve Parry, décerné au meilleur des 35 jeunes reporters que le CIO a choisis dans le monde entier pour bénéficier des remarques, des conseils et des encouragements de quelques-uns des membres les plus éminents des médias.

« C’est la première fois que je voyage seul et je ne suis jamais parti aussi loin », explique Sharome Burton, qui ne dispose même pas de son propre ordinateur portable. « Je découvre également une langue étrangère et une autre température. Buenos Aires est, à bien des égards, plus grande que mon pays tout entier, c’est dire. »

« C’était un peu intimidant et je me suis donc surveillé pour voir ce je pouvais améliorer chaque jour. »

Et il a progressé, car lui et ses 34 nouveaux collègues ont bénéficié d’une super initiation au reportage sportif de haut niveau.

Une équipe de mentors, comprenant Tracey Holmes, journaliste sportive sur la chaîne australienne ABC, Steve Wilson, ancien spécialiste olympique d’Associated Press, et Nick Didlick, éminent photographe de sport, ont encadré le groupe sur la manière de prendre des photos, d’effectuer des retransmissions et de réaliser des reportages - sur les réseaux sociaux et en presse écrite - sur un événement sportif planétaire.

« Nous avons l’impression d’être activement impliqués dans la formation des journalistes de demain », a déclaré Tracey Holmes. « Ça a été phénoménal de les voir progresser. »

IOC

Tracey Holmes et ses collègues professionnels se sont émerveillés devant la richesse et la créativité du travail de leurs poulains. L’approche novatrice du journaliste néerlandais Jeroen Adriaanse en matière de volley-ball de plage a été l’un des nombreux faits marquants.

« Il a construit tout son article en se mettant à la place du ballon », souligne Tracey Holmes. « C’était vraiment fantastique, cela a donné un article formidable. »

Jeroen, Sharome et les autres ont un modèle à suivre. Sonali Prasad, diplômée de Singapour 2010 et journaliste d’investigation basée à l’Université Columbia de New York, a en effet ouvert le forum Olympisme en action à Buenos Aires en interviewant l’ancien secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon sur la principale scène.

« C’est un véritable sentiment de fierté », dit Tracey Holmes. « Je suis toujours en contact avec eux depuis 2010 et 2014. Tu commences à te sentir comme une véritable mère poule qui a des petits dans le monde entier. Si je pouvais vivre dans une chaussure comme la vieille femme de la comptine et les avoir tous autour de moi, je le ferais sans hésiter. »

Sharome Burton s’est même distingué au milieu des pointures internationales qui étaient là, Tracey Holmes louant son aptitude à appréhender le sport dans un « contexte beaucoup plus large ». Il envoyait également des bobinos quotidiens à sa station de radio.

Nous avons l’impression d’être activement impliqués dans la formation des journalistes de demain, Ça a été phénoménal de les voir progresser. Tracey Holmes

Il n’en fallait pas plus pour que Burton empoche le prix Steve Parry, du nom de l’ancien rédacteur en chef du service des sports de Reuters monde, dont le décès à la veille des Jeux de Beijing 2008 a laissé le monde olympique sous le choc.

Sharome Burton et 14 autres journalistes émérites sont invités à présenter un reportage professionnel sur les JOJ d’hiver de Lausanne 2020, tandis que les 35 journalistes se sont vus offrir leur accréditation pour Tokyo 2020.

« Je pense que ça va tout changer », indique Sharome Burton, qui a obtenu une bourse pour aller étudier à l’université du Midwest au Texas. « Je me souviendrai à jamais de cette expérience. »

back to top En