skip to content
Date
02 août 1980
Tags
Moscou 1980

L'anonyme Finlandais Poikolainen obtient l'or au tir à l'arc

L’absence des grandes équipes japonaises et américaines aux Jeux Olympiques de Moscou en 1980 ont particulièrement nui aux épreuves de tir à l’arc.


L’espoir national, Boris Isachenko, et le médaillé de bronze de Montréal, l’Italien Giancarlo Ferrari étaient donnés comme favoris pour l’or au Centre olympique sportif des Syndicats.

Mais plus la compétition avançait et plus il était évident que les principaux rivaux avaient sous-estimé le réel défi que représentait Tomi Poikolainen, le Finlandais au visage poupin.

Avec des cibles situées à des distances de 90, 70, 50 et 30 mètres, la constance était pour tous les concurrents un atout essentiel. Dès le début, le jeune Finlandais de 18 ans, originaire d’Helsinki, se révéla être le tireur le plus apte à garder son sang froid.

Le Hongrois Bela Nagy termina la première manche avec une courte avance sur son adversaire tandis que le Britannique Mark Blenkarne était relégué en seconde position.

Tomi étant cinquième, toute médaille lui échappait, mais sa persévérance et sa force de concentration lui permirent de se hisser peu à peu en tête du classement.

Le vent et les clameurs de la foule qui encourageait son athlète national, Boris Isachenko, n’eurent pas raison du Finlandais qui finit par l’emporter sur le Russe avec trois points d’avance.

Quatre ans plus tard, il termina cinquième aux Jeux de Los Angeles. L’Américain Darrell Pace, de retour en lice après le boycott, conquit une deuxième médaille d’or après celle de Montréal et éclipsa ses concurrents.

Tomi ne retrouva jamais la forme qu’il avait eue à Moscou au plus haut niveau. Il contribua toutefois à offrir une médaille d’argent à son pays dans l’épreuve par équipes des Jeux de Barcelone en 1992.

back to top