skip to content
Date
04 avr. 2002
Tags
Actu CIO , Communiqué de presse

L'analyse des compléments nutritionnels demandée par le CIO révèle la nécessité de renforcer les contrôles de qualité


Sur la base des résultats de l’analyse de 634 compléments nutritionnels, la commission médicale du Comité International Olympique (CIO) a renouvelé aujourd’hui sa mise en garde aux athlètes contre l’usage de tels produits et son appel auprès des fabricants et distributeurs ainsi que des gouvernements à prendre des mesures pour assurer la qualité des produits.






Sur 634 échantillons analysés, 94 (14,8%) contenaient des substances, non mentionnées sur les étiquettes des produits, qui auraient pu entraîner un contrôle de dopage positif. Sur ces 94 échantillons, 23 contenaient des précurseurs (constituants) à la fois de la nandrolone et de la testostérone, 64 contenaient des précurseurs de la testostérone seule et 7 contenaient des précurseurs de la nandrolone seule.





Outre ces 94 échantillons, 66 autres (10,4%) contenaient des concentrations, à la limite des seuils de tolérance, de substances non mentionnées sur les étiquettes.





Les 634 compléments nutritionnels non hormonaux ont été recueillis entre octobre 2000 et novembre 2001 auprès de 215 fournisseurs répartis dans 13 pays. Pour 91% d’entre eux, ils avaient été achetés en magasin ou via Internet. Les produits restants avaient été obtenus auprès de fabricants. Le laboratoire accrédité par le CIO à Cologne, Allemagne, a procédé à l’analyse de tous ces compléments.
Résultats de l’analyse par pays :





PaysNombre de produitsNombre de "positifs"Pourcentage de "positifs"
Pays-Bas31825,8%
Autriche22522,7%
Royaume-Uni37718,9%
USA2404518,8%
Italie35514,3%
Espagne29413,8%
Allemagne1291511,6%
Belgique3026,7%
France3026,7%
Norvège3013,3%
Suisse13--
Suède6--
Hongrie2--
Total6349414,8%






En vertu de la règle de la responsabilité personnelle appliquée par le Mouvement olympique, les athlètes sont tenus pour responsables de la présence dans leur organisme de toute substance décelée.





Depuis 1997, la commission médicale du CIO met régulièrement en garde contre les risques liés à l’usage de compléments nutritionnels. L’absence de contrôles dans certains pays a incité le CIO à intervenir et à recommander aux athlètes de ne pas absorber ces produits.





Le CIO a adressé ses mises en garde aux athlètes d’élite et à leur entourage, en raison notamment de leur responsabilité vis-à-vis des résultats des contrôles de dopage. Toutefois, l’ingestion par les cons
back to top