skip to content
Date
14 août 2000
Tags
Actu CIO

L’AMA A SIGNÉ DES ACCORDS AVEC VINGT-CINQ FÉDÉRATIONS INTERNATIONALES POUR LA RÉALISATION DE CONTRÔLES HORS COMPÉTITION


Lausanne, le 14 août 2000 - 680 contrôles hors compétition effectués – 1 250 autres prévus avant Sydney -

L’Agence Mondiale Antidopage (AMA) a annoncé aujourd’hui à Lausanne que vingt-cinq des vingt-huit Fédérations Internationales olympiques de sports d’été (FI) avaient rejoint son programme de contrôles inopinés hors compétition. Quatorze de ces FI ont dû modifier leurs politiques de contrôle de dopage afin de pouvoir autoriser les tests de l’AMA.

En application des accords conclus, l’AMA a effectué, ou effectuera prochainement, 1 930 contrôles de dopage, se rapprochant ainsi de son objectif final : réaliser 2 150 tests avant les Jeux Olympiques de 2000 à Sydney. La réalisation des contrôles restants (10%) dépendra de la bonne volonté des trois FI qui n’ont pas encore souscrit au programme de contrôles de dopage indépendant.

Deux d’entre elles, la Fédération Internationale de Gymnastique (FIG) et l’Union Internationale de Pentathlon Moderne (UIPM), ont pour l’instant refusé de soumettre leurs athlètes aux tests de l’AMA. Une autre FI, la Fédération Internationale de Volleyball (FIVB), a tellement reporté les négociations que la mise en œuvre, dans son sport, d’un programme de contrôles hors compétition viable avant les Jeux Olympiques risque d’être compromise.

Voici l’état actuel des discussions avec les 28 FI :

Accords signés (25)
En cours de négociation (1)
Refus (2)

AIBA (Boxe)
IBF (Badminton)
FIVB (Volleyball)
FIG (Gymnastique)

FEI (Sports équestres)
IHF (Handball)

UIPM (Pentathlon moderne)

FIBA (Basketball)
IJF (Judo)



FIC (Canoë)
ISAF (Voile)



FIE (Escrime)
ISF (Softball)



FIFA (Football)
ISSF (Tir)



FIH (Hockey)
ITF (Tennis)



FILA (Lutte)
ITTF (Tennis de table)



FINA (Natation)
ITU (Triathlon)



FISA (Aviron)
IWF (Haltérophilie)



FITA (Tir à l’arc)
UCI (Cyclisme)



IAAF (Athlétisme)
WTF (Taekwondo)



IBAF (Baseball)





Evoquant les progrès accomplis, le président de l’AMA, Richard W. Pound, a déclaré : « Au début de l’année, l’AMA s’était fixé deux priorités essentielles pour l’année 2000 : mettre en place un programme de contrôles hors compétition fiable et jouer un rôle dans le système de gestion des résultats des contrôles de dopage à Sydney. Nous sommes sur le point d’atteindre ces deux objectifs, aidés en cela par le CIO, les gouvernements et toutes les FI à l’exception de trois d’entre elles. Cette coopération, d’une part, au sein du Mouvement Olympique et, d’autre part, entre le Mouvement Olympicque et les autorités publiques, est un signe extrêmement positif pour les athlètes.

Il est regrettable que l’on se montre soupçonneux à l’égard des athlètes pratiquant l’un de ces trois sports, compte tenu du refus des Fédérations Internationales concernées de participer au programme. C’est un poids que ces sportifs et ces sportives ne devraient pas avoir à porter. J’espère que les athlètes eux-mêmes inciteront leurs fédérations à modifier leurs politiques afin qu’eux aussi puissent prendre part aux Jeux Olympiques à Sydney à l’abri de tout soupçon. Une telle mesure prouverait qu’ils souhaitent concourir honorablement, dans l’esprit olympique ».

Un peu plus tôt dans l’année, l’AMA avait annoncé qu’elle entendait réaliser 2 500 contrôles inopinés, hors compétition, avant le 31 décembre 2000, la majorité de ces tests – environ 2 150 – devant être effectués avant les Jeux Olympiques de 2000. Jusqu’à présent, l’AMA a déjà réalisé 680 contrôles. 1 250 autres tests sont programmés prochainement. Une fois ces tests réalisés, l’AMA aura atteint 90% de son objectif pour Sydney et 77% de son objectif pour l’année 2000.

L’AMA mène à bien son programme de contrôles de dopage en coopération avec les FI qui y ont souscrit et les athlètes pratiquant les sports régis par ces dernières. L’AMA a chargé le Consortium pour un sport sans drogue (DFSC) de la réalisation de ces tests, qui sont effectués conformément aux normes internationales de contrôle du dopage et à la réglementation antidopage de chaque FI.

Le DFSC est composé de trois agences nationales de lutte contre le dopage : l’Agence australienne de lutte contre le dopage dans le sport (ASDA), le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) et la Confédération norvégienne des sports (NIF). Afin de posséder ce rayon d’action mondial nécessaire à la collecte des échantillons, le DFSC s’est associé à IDTM, la société chargée des contrôles de dopage et de leur gestion au niveau international.





Tags Actu CIO
back to top