skip to content
Date
14 févr. 1984
Tags
Sarajevo 1984

Kvalfoss saisit sa chance et fait mouche en biathlon

On pourrait surnommer Eirik Kvalfoss le champion par accident. Le Norvégien a en effet skié et tracé son chemin vers la médaille d’or en 1984 à Sarajevo, en s’alignant dans un sport qu’il avait choisi entièrement par hasard lorsqu’il était enfant.


Kvalfoss, originaire du village de montagne de Voss dans l’ouest norvégien, grandit sur des skis et dispute régulièrement des compétitions de ski de fond. Mais un jour, à l’âge de 12 ans, il se présente sur le lieu d’une compétition et découvre qu’il n’a pas été inscrit.

Sans se démonter, le jeune skieur emprunte un fusil, s’inscrit dans le biathlon, et gagne ! Son ascension vers la gloire sportive en Yougoslavie démarre là.

Le biathlon est une épreuve qui demande énormément d’endurance et une condition physique optimale, ainsi que du sang-froid et de la précision au tir. Sa composition, une partie ski nordique et une partie tir sur cible – il a été conçu à l’origine pour entraîner les officiers – en ont fait au fil des ans l’une des compétitions les plus haletantes des Jeux.

Bien que la discipline soit née en Norvège au XVIIIe siècle, elle apparaît uniquement comme sport de démonstration lors des premiers Jeux Olympiques d’hiver en 1924. Il faudra attendre 1958 pour que les Championnats du monde arrivent et deux ans de plus pour que le biathlon figure officiellement au programme des Jeux, sous la forme d’une course de 20 km à Squaw Valley. Le relais 4 x 7,5 km masculin sera ajouté à Grenoble en 1968.

Les concurrents affrontent le chronomètre en utilisant le style classique de ski nordique ou le pas de patineur, plus rapide. Ils doivent s’interrompre pour tirer sur des cibles, en position couchée et debout, en utilisant une carabine de calibre 22 long rifle pesant au minimum 3,5 kg. Chaque cible manquée donne lieu à des pénalités en temps ou à une boucle supplémentaire à skis de 150 m.

Les trois épreuves qui ont lieu sur le plateau Igman aux Jeux de 1984 sont extrêmement disputées entre les biathlètes ouest-allemands, norvégiens et soviétiques.

Kvalfoss obtient une médaille de bronze dans le 20 km individuel au cours duquel le skieur doit sacrifier à quatre séances de tir et tirer sur cinq cibles à chaque fois, et il s’incline devant les Allemands de l’Ouest Peter Angerer, le vainqueur, et Frank-Peter Roetsch, son dauphin.

Le Norvégien prend cependant sa revanche trois jours plus tard dans le 10 km sprint, obtenant l’or au bout des trois tours avec 8’’6 d’avance. Après avoir manqué une cible à 50 m, Angerer écope d’une boucle de pénalité, alors que Kvalfoss rate deux tirs, l’un en position couchée et le dernier en position debout.

Mais malgré le fait qu’il doive avaler 300 m de ski supplémentaires, Kvalfoss s’en tire grâce à son expérience en ski de fond – il est le meilleur skieur en lice, et de loin – et s’adjuge légitimement la médaille d’or en 30’53’’8.

Il confiera aux journalistes qu’il ne pensait pas avoir la moindre chance de s’imposer lorsqu’il a vu Angerer skier vers l’arrivée. Il ajoutera à sa collection une médaille d’argent avec l’équipe norvégienne du relais 4 x 7,5 km, repartant ainsi de Sarajevo avec un jeu complet de médailles olympiques.

back to top