skip to content

Koch junior sort de la pénombre de son légendaire père à Lausanne

OIS/IOC
Le skieur de fond Will Koch (USA) est habitué à de longues introductions quand son nom est prononcé avant une course.

Il commence habituellement par " Voici Will Koch, fils de Bill Koch " et se termine par des déclinaisons de "médiallé olympique" et "légende du ski américain".

En effet, c'est un nom de famille avec un pedigree historique.

L'aîné Koch a participé quatre fois aux Jeux olympiques et a remporté l'argent aux Jeux Olympiques d'hiver d'Innsbruck en 1976, une médaille qui est restée la seule distinction olympique des États-Unis en ski de fond pendant plus de quatre décennies.

Il a remporté le titre général de la Coupe du monde en 1982, et on lui attribue largement le mérite d'avoir inventé la technique du ski de patin qui a révolutionné ce sport.

IOC

"Beaucoup de gens pensent que c'est beaucoup de pression, beaucoup à supporter ", a dit Will. "Je ne le vois pas vraiment comme ça moi-même. Je pense juste que c'est vraiment cool de l'avoir dans ma vie. C'est plus une opportunité qu'un fardeau."

Suivre les traces de son père - ou ses traces de ski - a toujours été ressenti comme un destin.

À neuf mois, avant même qu'il ne puisse marcher, les parents de Will lui avaient déjà donné une paire de skis et mis sur une plage à Hawaii où son père aimait faire du ski sur le sable. Il a participé à sa première course de ski à deux ans - au Festival Bill Koch. A six ans, il annonce à son père son désir d'être lui aussi un Olympien.

À 17 ans, il fait un pas de plus, puisqu'il participe aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lausanne en 2020.

C’est même à croire que le site de ski de fond (Vallée de Joux) est aussi lié au destin. C'est dans cette même Vallée de Joux, dans le Jura suisse, que Bill Koch a remporté son titre de champion du monde en 1982.

"On parle beaucoup de ski", raconte Will. "Il a une nouvelle histoire folle sur une course de Coupe du monde différente tous les deux jours. C'est juste incroyable d'avoir quelqu'un comme ça avec autant de connaissances et de sagesse sur ce sport. C'est dans mon sang."

L'adolescent a les Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver dans sa ligne de mire depuis longtemps et dit qu'il a structuré son entraînement au cours de la dernière année pour atteindre le sommet à temps pour les Jeux. Ses parents, sa sœur aînée, sa tante et son oncle ont fait le voyage en Suisse.

 

S'il y a une chose que le jeune Koch espère imiter lorsqu'il participera à la compétition de sa vie, c'est d'être un compétiteur aussi créatif que l'était son père.

"La créativité et l'ouverture d'esprit sont les plus grandes qualités de mon père. Il l'a dit un million de fois : il n'était pas le meilleur, il n'était pas le plus doué sur le plan athlétique... mais c'est sa capacité à innover et à être créatif qui lui a valu toutes ses médailles."

Ce qu'il ne fera pas, c'est lier son parcours sur les pistes au succès de son illustre père.

"Mon but avec le ski a toujours été de faire aussi bien que possible. Si je fais de mon mieux, c'est le succès. Mais si, pour une raison quelconque, j'ai l'impression de ne pas avoir fait la course à mon plein potentiel, je considérerais que c'est un échec, peu importe où je me situe ", a-t-il dit.

Six épreuves de ski de fond seront disputées du 18 au 21 janvier. Les athlètes s'affronteront pour des médailles dans les épreuves de ski de fond cross individuel féminin et masculin, de sprint féminin et masculin, et de 5 km féminin et 10 km masculin.

back to top En