skip to content

Klopfenstein passe du statut de réserviste à celui de médaillée d'or pour ravir la foule locale

Il y a une semaine, la skieuse alpine Amélie Klopfenstein (SUI) ne faisait même pas partie de l'équipe suisse. C'est un appel tardif qui a permis de contenter la foule locale dès le matin de l'ouverture de la compétition à Lausanne 2020, avec la première médaille d'or des Jeux décrochée par la jeune femme de 17 ans dans le Super G féminin.

 


Après un début de saison quelque peu frustrant, Klopfenstein était véritablement dévastée à l'idée de manquer de peu la sélection pour les JOJ. Mais, suite au désistement de son amie Delphine Darbellay, forcée de se retirer en raison d'une blessure le 3 janvier, elle a pleinement profité de sa deuxième chance.

"Il y a seulement quelques semaines, j'étais réserviste et maintenant... c'est incroyable. Je n'aurais pas cru cela possible", a déclaré Klopfenstein après avoir terminé en 56,27 secondes, 0,08 seconde devant la Française Caitlin McFarlane qui remporte l'argent, et devant l'israélienne Noa Szollos qui arrache le bronze à l'Autrichienne Amanda Salzgeber.

"J'ai reçu un appel à la maison il y a une semaine, j'étais tellement triste pour Delphine, mais je savais que c'était une excellente opportunité pour moi et Delphine m'a souhaité bonne chance."

2020 Getty Images


Klopfenstein a descendu la pente abrupte et rapide, en négociant parfaitement la section centrale délicate. Beaucoup de personnes imaginaient que sa compatriote Delia Durrer (SUI) démarrerait les Jeux de manière idéale chez elle devant son public, mais après avoir terminé en 57,35 secondes, l'adolescente a admis s'être sentie "un peu raidie par la pression" au sommet.

Cela laissa la voie libre à Klopfenstein qui signa un remarquable retour.

"Cette saison n'a pas été ma meilleure saison, cela m'a donc permis de sortir ce matin sans la moindre pression", a-t-elle déclaré.

La médaillée d'argent McFarlane a été presque aussi choquée que la gagnante, révélant dans la zone d'arrivée qu'elle n'est "pas vraiment une spécialiste de la vitesse".

"Je ne m'y attendais pas du tout, mais cela me donne une grande confiance pour le slalom, mon épreuve préférée", a déclaré l'athlète française d'origine australienne. "C'est la plus grande compétition de ma vie, l'adrénaline m'a vraiment donné envie de me lancer."

Alpine skiing 2020 Getty Images

L'israélienne Szollos vient compléter l'heureux trio des médaillées. "J'espérais atteindre le top 10, voire le top 7", a déclaré Szollos. "J'ai skié beaucoup de Super G cette année et nous nous sommes vraiment concentrés sur la technique et pas seulement sur la vitesse. J'espère avoir pu rendre Israël fier."

Elle a certainement ravi son père, l'ancien skieur du championnat du monde Peter Szollos, qui la regardait.

"Je consacre ma vie entière à regarder les courses de mes enfants et à les aider durant leurs entraînements", a déclaré le père de Noa, qui se tenait, il y a quatre ans, sur les pistes de Lillehammer afin d'applaudir son fils Barnaba pour sa septième place en slalom aux JOJ 2016.

 

back to top En