skip to content
IOC
Date
21 févr. 1960
Tags
Squaw Valley 1960 , Actu CIO , Biathlon

Klas Lestander inaugure le palmarès du biathlon olympique

Aux Jeux Olympiques d’hiver, des épreuves combinant le ski de fond et le tir sous une forme spécifique (en patrouille, le ski d’abord, le tir sur cible ensuite) ont déjà été disputées. La « Patrouille militaire » était une épreuve officielle lors des premiers Jeux d’hiver en 1924 à Chamonix, puis elle est revenue en démonstration à Garmisch-Partenkirchen en 1936 et à Saint-Moritz en 1948.

Après la deuxième guerre mondiale, le biathlon se développe à travers sa codification et son intégration au sein de l’Union Internationale de Pentathlon Moderne (UIPM). Les règles sont élaborées à Macolin en Suisse au milieu des années 1950. Les premiers championnats du monde sur la distance de 20km ont lieu en 1958 à Saalfelden en Autriche, avec la victoire du Suédois Adolf Wiklund. L’année suivante à Courmayeur (Italie), le Soviétique Vladimir Melanin l’emporte. Entre temps, le biathlon a été intégré au programme des Jeux d’hiver de Squaw Valley.

Pour cette première « individuelle 20km » olympique et uniquement masculine, 30 concurrents représentant neuf nations sont au départ, le 21 février 1960 dans le McKinney Creek Stadium de Tahoma. La compétition est ponctuée de quatre séries de cinq tirs, effectués aux distances successives, par rapport à la cible, de 200m, 250m, 150m et 100m. Les trois premières séries de tir s’effectuent en position couchée, et la dernière debout. Chaque tir raté occasionne une pénalité de 2 minutes qui est ajoutée au temps final. Les concurrents s’élancent par intervalle d’une minute.

Klas Lestander, originaire d’Arjeplog, dans le nord glacé de la Suède et qui a développé ses aptitudes au tir à travers la chasse, a préféré faire l’impasse sur les championnats du monde 1959 pour mieux préparer son défi olympique. Il arrive à Squaw Valley particulièrement affuté. Lors de la compétition, la victoire semble devoir se jouer, après trois séries de tirs couchés, entre les concurrents qui n’ont pas manqué une seule cible (soit 15 tirs réussis), sans avoir été les plus rapides sur les skis : Le Soviétique Aleksandr Privalov, le Norvégien Henry Hermansen et Klas Lestander. 

IOC

Sur la dernière série de tirs debout à 100m, Hermansen s’écroule en ratant quatre tirs. Privalov en réussit deux sur cinq, et Lestander fait un nouveau sans faute ! 15e chrono sur le parcours à skis, il est sacré champion olympique avec un temps « net » de 1h31:21.6 qui lui confère une large avance, tout en devenant le premier biathlète à réaliser un 20 sur 20 dans une compétition internationale.

Le Finlandais Anti Tyrväinen, qui réussit aussi un sans-faute au dernier tir (mais qui a précédemment accumulé 4 minutes de pénalité), remporte la médaille d’argent avec le 10e temps sur les skis et un chrono final de 1h33:57.7. Les trois erreurs d’Aleksandr Privalov au dernier tir lui valent la médaille de bronze en 1h34:54.2. Le skieur de plus de 7 minutes plus rapide que tous les autres, le Français spécialiste du fond Victor Arbez, se classe 25e pour n’avoir réussi que deux tirs sur vingt, soit 36 minutes de pénalité ! Plus tard dans les années 1960, la pénalité pour tir manqué sera réduite de 2 minutes à 1 minute, ce qui restera la règle pour l’Individuelle 20km, alors que pour tous les autres formats de course, sera instauré le « tour de pénalité ».

Le premier champion olympique de biathlon ne poursuit pas beaucoup plus loin sa carrière sportive. Klas Lestander prend sa retraite sportive en 1961. Son sport connait un important développement dans les décennies suivantes, avec l’introduction du biathlon féminin aux Jeux Olympiques d’Albertville 1992, la création de l’Union Internationale de Biathlon (IBU) en 1993, et un programme comptant depuis Sotchi 2014 onze épreuves : individuelle, sprint, poursuite, mass start et relais hommes et dames, ainsi que relais mixte.

back to top En