skip to content
Date
13 août 1932
Tags
Los Angeles 1932

Kitamura transforme la piscine olympique en bain de jouvence

C’est certainement l’une des excuses sportives les plus extravagantes qui soient, mais lorsque Bob Kiphuth, l’entraîneur de l’équipe olympique américaine de natation, est venu expliquer pourquoi ses protégés n’avaient pu suivre le train imposé par leurs homologues japonais à Los Angeles, il n’avait absolument pas l’air de plaisanter.


« C’est un pays où il n’y a pas de chaises, indiquera-t-il en mars 1933 dans les colonnes du Brooklyn Daily Eagle. Depuis leur prime jeunesse, ils s’accroupissent pour manger ou pour s’asseoir, les jambes repliées sous eux. Leurs jambes sont toujours souples, toujours dures comme de l’acier. »

Un an plus tôt, Kiphuth a assisté à la razzia de l’équipe olympique japonaise qui a tout raflé sur son passage, gagnant cinq des six épreuves de natation. L’exploit est d’autant plus remarquable que l’un des nageurs de l’équipe, Kuzuo Kitamura, n’a pas encore 15 ans.

À 14 ans et 309 jours, Kitamura devient le plus jeune champion olympique de natation, un record qui ne sera battu qu’en 1988 par la nageuse hongroise Krisztina Egerszegi.

C’est dans le 1 500 m nage libre que Kitamura a obtenu sa médaille d’or, en nageant en 19’12’’4, démonstration d’endurance étonnante pour un jeune adolescent qui n’a vraisemblablement pas encore terminé sa croissance.

Kiphuth, l’entraîneur américain, n’en démord pas. « La façon dont ils nous ont détrônés du sommet de la natation était inédite, se lamente-t-il. Aussi rapidement, je veux dire. À Amsterdam [en 1928], nous avions assuré le spectacle, et on avait à peine entendu parler d’eux. Mais à Los Angeles, ils nous ont fait boire la tasse. »

Il poursuit avec sa théorie physiologique tirée par les cheveux. « Leur torse est plus long de quelques centimètres que la normale pour leur taille : c’est comme un générateur qui alimenterait leurs organes vitaux et produirait de l’endurance et du dynamisme. Quant à leurs jambes, vous auriez peine à imaginer leur souplesse. Les Japonais ont les articulations des genoux et des chevilles les plus souples de toute la race humaine. »

Si Kitamura était un cas isolé, Kiphuth pourrait parler plus facilement d’anomalie, de don naturel extraordinaire. Mais comme l’écrit le rapport officiel, « les records olympiques ont volé en éclats dans pratiquement chaque épreuve », grâce aux performances des nageurs japonais.

Malgré son jeune âge, Kitamura prendra sa retraite sportive après les Jeux Olympiques de 1932 et obtiendra plus tard un diplôme de l’université impériale de Tokyo. Après avoir combattu en Birmanie durant la Seconde Guerre mondiale, il deviendra le premier non Américain à être intronisé au Hall of Fame de la natation internationale en 1965 et occupera également divers postes au sein de la Fédération japonaise de natation.

Il s’éteindra en juin 1996, à l’âge de 78 ans.                                                    

back to top