skip to content
Date
29 mai 2008
Tags
Actu CIO , Beijing 2008

Keita et l’espoir de réaliser le rêve olympique du Mali


Série sur les détenteurs de bourses olympiques, aujourd’hui Daba Modibo Keita.




Au début des années 1960, le maître de taekwondo Kim Young Tae se rendit en Côte d’Ivoire pour faire connaître cet art martial coréen à l’Afrique de l’Ouest. À la fin des années 1960, un de ses élèves se chargea de diffuser le mot dans le pays voisin, le Mali. Quarante ans plus tard, le taekwondo est le sport le plus populaire dans ce pays et Daba Modibo Keita a une chance réaliste de remporter la première médaille olympique du Mali à Beijing cet été.




L’espoir de tout un pays
Avec plus de 150 clubs et 500 ceintures noires parmi 15000 pratiquants, la popularité du taekwondo a pris des proportions phénoménales dans un pays qui est le septième plus grand d’Afrique mais aussi un des plus pauvres du monde. Keita sait qu’il porte l’espoir de tout un pays dans l’arène olympique, mais cela ne devrait pas lui faire peur, car l’année dernière, malgré une déchirure musculaire dans le dos, il fut le tout premier Malien à devenir champion du monde.
 
"Presque impensable"
"Remporter le titre mondial était pratiquement impensable pour un Africain ou un athlète d’un pays en développement", déclare Keita qui est né en Côte d’Ivoire mais s’est installé au Mali avec sa famille en 2000. Ses deux frères pratiquent également le taekwondo et deux de ses cinq sœurs sont même ceintures bleues. "Je sais que tout le Mali espère et prie pour que je rapporte la première médaille olympique d’or de son histoire", dit-il.
 
Soutien de la Solidarité Olympique
Après avoir passé deux années en France, Keita s’entraîne à présent en Virginie, aux États-Unis. "Je bénéficie d’une bourse de la Solidarité Olympique depuis 2005 et c’est grâce à ce soutien que je suis champion du monde et que je me suis qualifié pour les Jeux Olympiques", reconnaît-il. "Cela m’a énormément aidé, et aide tous les athlètes africains. Si on leur donne les mêmes conditions, nombreux sont ceux qui pourraient concourir avec des athlètes de pays plus développés."
 
"L’Afrique a besoin de cette médaille"
Pour l’instant, les projecteurs sont braqués sur Keita et celui-ci n’a pas l’intention de laisser passer ce moment. "Les Jeux Olympiques sont un rêve pour tous les athlètes", dit-il. "C’est le couronnement d’une carrière sportive. J’ai déjà gagné quelque chose rien que d’aller aux Jeux, d’abord pour représenter mon pays, puis toute l’Afrique. Car l’Afrique a vraiment besoin de cette médaille."





 En savoir plus sur le taekwondo







Découvrez l'animation flash

Taekwondo  
back to top