skip to content
Date
25 août 2004
Tags
Athènes 2004

Kate Allen rattrape en beauté le temps perdu

Kate Allen court depuis qu’elle est toute petite en Australie où elle a grandi. Elle a pris l’habitude d’aller et de revenir de l’école en courant, tous les jours, soit 6 km parcourus, et elle participe de surcroît à des courses sur piste et à des cross.


Elle ne va devenir pourtant athlète à temps plein que bien plus tard. À la place, Allen obtient ses diplômes à l’université et travaille comme infirmière. Elle est passionnée par les voyages et durant l’un de ses périples, elle rencontre un triathlète autrichien, Marcel Diechtler, qui va bouleverser sa vie.

D’abord, elle tombe amoureuse de lui et ils se marient. Au moment de leur union officielle, Marcel a déjà persuadé Kate de se mettre au triathlon. Lorsqu’elle se lance, elle a déjà 26 ans et ce n’est qu’en 2002, alors qu’elle a 32 ans, qu’elle commence à participer à des épreuves de Coupe du monde pour l’Autriche dont elle est devenue citoyenne par son mariage. Et elle s’adapte immédiatement à sa nouvelle discipline.

Sans surprise, étant donné son régime de jeunesse, elle excelle surtout en course et alors qu’elle se montre plutôt à l’aise en selle, elle est relativement faible en natation. Dans l’ensemble cependant, elle commence à terminer très fort et à obtenir quelques résultats impressionnants.

Pour sa troisième course de Coupe du monde seulement, elle termine troisième et devient vice-championne d’Europe en 2004 en Espagne. C’est d’autant plus remarquable qu’elle a 34 ans et qu’elle ne compte que huit ans d’expérience dans le sport.

Après avoir gagné sa place dans l’équipe olympique autrichienne, Kate Allen se présente à Athènes dans la peau d’une outsider. Comme prévu, sa performance dans l’eau est plutôt mauvaise, puisque lorsqu’elle enfourche son vélo, elle pointe en 44e position sur 51 concurrents. La partie cycliste lui permet toutefois de remonter au 28e rang.

Loin devant elle, l’Australienne Loretta Harrop mène le bal et semble très en forme. Co-leader après la natation, elle s’est détachée en cyclisme, mais la course constitue son maillon le plus faible.

À ce moment-là, Kate Allen pointe à près de trois minutes et elle ne sait absolument pas où elle se situe au classement. Elle se contente de courir aussi vite qu’elle le peut et grignote peu à peu les places dans le peloton. Aussi incroyable que cela puisse paraître, à 200 m de l’arrivée, seule Loretta Harrop la précède.

Kate Allen se lance alors dans un sprint final et dépasse la femme de tête pour se propulser vers la ligne d’arrivée. Elle la franchit avec six secondes d’avance et décroche une médaille d’or inespérée.


back to top