skip to content
Date
28 juil. 1952
Tags
Helsinki 1952

Katalin Szőke mène la charge hongroise féminine dans le bassin

Les nageuses hongroises ont connu une période merveilleuse aux Jeux de 1952. Même si le niveau est très relevé, avec le retour à la compétition des Allemandes et des Japonaises et les débuts de l’Union soviétique, la Hongrie reste une superpuissance de la natation.


Du moins en ce qui concerne ses nageuses. Si les hommes repartent avec un palmarès vierge à l’issue des cinq courses qu’ils disputent, les Hongroises raflent en effet plus de la moitié des quinze médailles en jeu chez les femmes, avec quatre médailles d’or et cinq d’argent.

Ces courses sont remplies de suspense, mais aucune n’a autant d’intensité dramatique que le 100m nage libre. La représentante de la Hongrie est une adolescente de 16 ans, Katalin Szőke. Elle nage depuis qu’elle est bébé et profite des moindres instants de sa vie pour s’entraîner.

Katalin Szőke passe ainsi le premier tour aisément, mais sa demi-finale est beaucoup plus serrée puisque les trois premières sont créditées du même temps. C’est finalement la Sud-Africaine Joan Harrison qui s’impose devant Katalin Szőke.

L’autre demi-finale est en revanche nettement plus rapide, et il est donc difficile de pronostiquer une gagnante. C’est une autre Hongroise, Judit Temes, qui donne le tempo initial en finale. À l’approche de l’arrivée, les six premières nageuses sont dans un mouchoir. À dix mètres du but, Temes est dépassée par Harrison, mais Szőke jaillit pour toucher le mur avant tout le monde.

La Néerlandaise Johanna Termeulen décroche l’argent et Judit Temes le bronze. Harrison, qui semblait à même d’obtenir l’or quelques secondes à peine auparavant, ne monte même pas sur le podium. Une demi-seconde à peine sépare la première de la sixième.

Katalin Szőke va obtenir une autre médaille d’or dans le relais nage libre. Elle gagnera par la suite deux titres européens et détiendra quatre records du monde. Enfin, elle s’installera plus tard aux États-Unis.

back to top