skip to content
IOC / Kishimoto

Korbut ne barrera pas le chemin à Karin Janz

Alors que le monde entier avait les yeux tournés vers Olga Korbut, c’est à l’Allemande de l’Est Karin Janz que revint la palme de la réussite à Munich. Elle avait été propulsée sous les feux de la rampe lors des championnats du monde de 1970 où elle avait remporté l’or aux barres asymétriques et au saut, l’argent au concours par équipes et au concours général et le bronze à la poutre.

Sa victoire aux barres asymétriques fut peut-être la plus importante puisqu’il s’agissait de l’engin de prédilection d’Olga Korbut. Mais l’Allemande ne fut pas être en reste. D’ailleurs, son palmarès à cet engin était solide puisque, une année auparavant, elle avait ajouté à son exercice un nouvel élément d’une qualité et d’une originalité telles qu’il prit le nom de salto Janz.

Malgré tout, la Biélorusse continua de régner sur la gymnastique alors même qu’avec ses cinq médailles Karin Janz fut la vedette la plus titrée – et peut-être la plus négligée – des Jeux. Après avoir mis un terme à la compétition de haut niveau, elle fit une brillante carrière de chirurgienne orthopédiste.

back to top En