skip to content
Date
29 juil. 1976
Tags
Montréal 1976

Juantorena s’envole vers un doublé historique - Athlétisme

Quand vous pensez aux coureurs les plus gracieux et les plus aériens, les noms du sprinter italien Pietro Mennea ou du Britannique Sebastian Coe, roi du demi-fond, vous viennent peut-être spontanément à l’esprit.


Il est possible que celui de l’Américain Edwin Moses, le grand spécialiste des haies, émerge aussi.

Mais peu de coureurs, s’il y en a eu, ont combiné l’élégance avec une puissance et une vitesse incroyables aussi bien que le géant cubain Alberto Juantorena.

L’influence de Juantorena sur l'histoire olympique a été fugace mais spectaculaire.

Ayant poussé jusqu’à près de 1,90m à l’aube de l’adolescence, Juantorena s’oriente vers une carrière de basketteur. Mais les entraîneurs de son université ont remarqué ses exploits à la course et il s’oriente vers le 400m, puis le 800m.

Il gagne plusieurs titres régionaux, avant d’être privé de la finale du 400m des Jeux Olympiques de Munich pour moins d’un centième. Il a alors 22 ans et ne manque pas de courage.

Dans les deux ans qui suivent, il est quasiment imbattable sur le tour de piste, mais deux opérations à la cheville en 1975 stoppent sa progression.

Le Cubain ne commence à courir sur 800m que début 1976, pour mieux récupérer, mais la distance va lui offrir bien mieux.

Il gagne sa série au stade olympique de Montréal, mais c’est en demi-finale qu’il éveille la curiosité de la communauté du demi-fond, en s’imposant et en reléguant derrière lui des coureurs de la trempe du Belge Ivo Van Damme et du Britannique Steve Ovett.

Avec son extraordinaire foulée de 2,75m et sa tête gentiment penchée, Juantorena mène le peloton de la finale jusqu’à 300m de l’arrivée. S’il est brièvement attaqué dans le virage par l’Américain Rick Wohlhuter, son avance ne sera néanmoins jamais remise en question.

Il franchit donc la ligne le premier en abaissant le record du monde à 1’43’’5, alors que Van Damme effectue une remontée pour terminer deuxième.

Ses immenses bras levés vers le ciel pour remercier le public canadien de ses encouragements, le Cubain devient le premier champion olympique d’athlétisme de Cuba.

Les séries du 400m prennent le relais le lendemain et Juantorena y montre quelques signes de fatigue en terminant troisième de sa série, ce qui lui permet néanmoins de se qualifier facilement pour les quarts de finale.

Il remporte par la suite sa demi-finale avec une bonne avance, mais, en finale, l’Américain Fred Newhouse est deux mètres devant lui à 100m de l’arrivée, alors que les autres concurrents sont hors course.

Le puissant Cubain produit alors son dernier effort, remonte Newhouse et s’impose en 44’’26.

Il devient ainsi le premier athlète de l’histoire à réaliser le doublé 400m-800m aux Jeux Olympiques d’été.

Après ce glorieux été canadien, sa carrière olympique sera contrariée par les blessures et les boycotts, mais ses succès montréalais resteront longtemps dans la mémoire de ceux qui ont admiré le style merveilleux et la puissance d’El Caballo (le cheval).

back to top