skip to content
Juan Sanchez
Date
19 déc. 2017
Tags
Actualités Olympiques , JOJ
JOJ

Juan Sanchez : « Promouvoir la paix par le sport »

Le Young Change-Maker Juan Sanchez a lancé cette année une initiative novatrice visant à aider les jeunes défavorisés de Colombie, pays déchiré par des décennies de conflits.

Le pouvoir du sport pour mettre fin aux divisions et résoudre les conflits est un phénomène qui a largement été discuté au fil des années et qui a été une source d'inspiration pour le projet de Juan Sanchez. Rendu possible grâce au programme Young Change-Maker+ (YCM+) du Comité International Olympique (CIO), le projet "The Olympic Workshop, Creating Peace" (atelier olympique, instaurer la paix) a été conçu dans le but d'aider les jeunes colombiens à laisser le passé récent et agité derrière eux.

La Colombie a été ravagée par les conflits internes depuis les années 60 et, malgré un cessez-le-feu finalement signé l'été dernier, Juan Sanchez est convaincu que le sport a un rôle majeur à jouer pour aider le pays à avancer.

Juan Sanchez

"La philosophie est simple : avec le sport, nous pouvons instaurer une paix durable en Colombie", indique-t-il au sujet de son pays natal. "J'ai eu cette idée il y a quelque temps et grâce au programme YCM+, j'ai été en mesure de donner vie à ce projet."

"C'est pourquoi le sous-titre de l'initiative est 'Creating Peace’ (instaurer la paix) car je pense que grâce au sport nous pouvons créer un pays meilleur pour tout un chacun, favoriser l'intégration sociale et rassembler les habitants."

Juan Sanchez

L'idée de Juan Sanchez a germé lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de 2014 à Nanjing grâce à son rôle en tant que Young-Change Maker pour la délégation colombienne, rôle qui lui a permis de comprendre les défis que rencontrent les jeunes athlètes qui ont grandi avec pour toile de fond des troubles nationaux.

"Être en mesure de discuter avec les athlètes aux JOJ est une occasion unique, une occasion que je n'avais jamais eue auparavant", confie-t-il. "Les JOJ enseignent énormément sur la réalité sociale de nos athlètes ainsi que sur les contextes dans lesquels ils ont grandi. J'ai compris que bon nombre de nos athlètes s'étaient "faits tout seuls" malgré les difficultés rencontrées et que le sport avait joué un rôle déterminant dans leur développement. Dans le même temps, nous avons eu un processus de pays en Colombie mais je n'avais jamais vu le pays si divisé."

Juan Sanchez

Son "atelier olympique" a débuté cette année et donne aux enfants et aux jeunes adultes l'occasion de s'essayer pour la première fois à des sports tels que le handball, le badminton, le hockey et le ju-jitsu, tout en leur proposant une perspective différente de vie, plus positive.

Juan Sanchez

"Le but est de proposer de nouveaux sports aux communautés qui n'en ont jamais connus avant", indique Juan Sanchez. "Avec l'aide d'une merveilleuse équipe d'entraîneurs qui sont engagés dans leur sport et en faveur de l'instauration de la paix, nous nous rendons dans les écoles dans des régions où les enfants peuvent être en danger à cause de la pauvreté, de la criminalité et de la toxicomanie."

Et de poursuivre : "Nous proposons un événement qui dure le temps d'une journée d'école et les enfants peuvent ainsi être initiés à différents sports et en apprendre davantage sur ces sports. À l'issue de la journée, nous leur laissons un kit d'équipements, lequel permettra aux élèves de continuer à s'entraîner et de mettre en pratique les enseignements reçus."

Juan Sanchez

Juan Sanchez a pris un peu de temps sur son projet pour se rendre en octobre au Sommet "One Young World" organisé dans la capitale de Colombie, Bogotá, afin de participer à un débat intitulé "le sport pour la paix". Il est maintenant de retour pour terminer son programme d'atelier olympique pour l'année 2017.

"J'espère poursuivre ce programme aussi longtemps que je pourrai et toucher les régions les plus reculées du pays où il me semble qu'il y a un besoin urgent d'intégration sociale et de projets visant à instaurer la paix. Je pense qu'il y a encore beaucoup à faire et tant que je pourrai apporter ma contribution, je serai ravi de le faire."

Juan Sanchez

Le programme YCM+, lequel est généreusement soutenu par le partenaire TOP du CIO Panasonic, offre aux Young-Change Makers la chance de postuler pour un financement à concurrence de 5 000 CHF afin de mener à bien leurs propres projets communautaires.

"L'ATELIER OLYMPIQUE" EN CHIFFRES…

350 – Soit le nombre d'enfants qui ont déjà assisté à l'atelier
10 – Soit le nombre d'entraîneurs et de membres du personnel d'encadrement travaillant pour mener à bien le projet
12-18 – Soit l'âge des jeunes participants
500 – Soit le nombre cible de petits colombiens qui auront été entraînés d'ici la fin 2017

back to top En