skip to content

Journée mondiale des villes 2020 : le pouvoir du sport pour construire des communautés urbaines plus saines et plus durables

World cities day Getty Images
Les villes rapprochent des milliards de personnes de l'emploi, de l'éducation, de la culture et des loisirs. Chaque année, des millions de personnes migrent vers les zones urbaines en quête d'une vie meilleure. Depuis 2007, plus de la moitié de la population mondiale vit dans les villes. Et d'ici 2050, les deux tiers de l'humanité, soit 6,5 milliards de personnes, vivront en milieu urbain.

Mais au-delà des opportunités, la croissance rapide de nos villes pose de grands défis sur les plans social, économique, sanitaire et environnemental. Par exemple, plus de 90 % de tous les cas de COVID-19 se sont déclarés dans des villes, ce qui met en exergue certaines des difficultés que pose la vie dans des zones densément peuplées.

Sans action, ces défis deviendront encore plus difficiles à relever.

Les villes résilientes ont besoin de communautés saines, fortes et équitables, ayant accès à des espaces verts ouverts, aux transports publics et à des activités physiques.

Le sport offre de multiples solutions, contribuant ainsi à rendre les villes et les établissements humains plus équitables, plus résistants et plus durables. Ce faisant, il contribue à la réalisation des objectifs de développement durable, le plan d'action des Nations Unies pour un avenir meilleur et plus durable.

Au-delà de la santé et de l'activité physique, le sport crée une dynamique en faveur d'un plus grand nombre d'espaces verts, d'installations sportives, d'emplois et de croissance économique. Il offre également des possibilités d'éducation, en rapprochant les habitants et en maintenant l'engagement des citoyens dans leurs communautés locales. Des initiatives sportives bien conçues sont en outre un moyen pratique et rentable de faire progresser le développement et la paix. Elles contribuent à bâtir des sociétés plus justes et plus équitables.

Lorsqu'une ville ou une région accueille les Jeux Olympiques, elle peut utiliser la dynamique créée comme une occasion pour façonner ses zones urbaines et aider à atteindre ses objectifs de développement durable à long terme, tels que la lutte contre la pauvreté, les maladies, la pollution atmosphérique et le changement climatique.

À l'approche de la Journée mondiale des villes, célébrée dans le monde entier le 31 octobre, nous étudions les exemples de cinq villes olympiques qui continuent à bénéficier de l'accueil des Jeux, bien après la cérémonie de clôture.

Tokyo, Japon

Le CIO invite les athlètes olympiques du monde entier aux Jeux de Tokyo 2020 2019 - IOC Greg Martin

Suite au report historique des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 à 2021 en raison de la pandémie de COVID-19, les organisateurs des Jeux de Tokyo 2020 se sont engagés à livrer des Jeux "adaptés au monde de l'après-coronavirus". Des mesures sont mises en œuvre pour optimiser les économies et accroître l'efficacité, tout en veillant à ce que les Jeux deviennent un symbole d'unité, d'espoir et de résilience humaine.

Mais rappelons que les Jeux de Tokyo 2020 étaient déjà fortement axés sur la création d'un héritage humain, et ce bien avant la pandémie de COVID-19.

Entre 2016 et 2019, Tokyo a lancé plus de 150 000 initiatives, mobilisant la population autour de 90 millions d'actions liées au sport, à la culture et à l'environnement, visant à apporter des changements positifs aux communautés locales et à créer une société durable. Parmi ces actions, citons les dons de téléphones portables usagés par le public pour la production de médailles olympiques, la collecte de déchets plastiques pour créer des podiums olympiques recyclables et la sélection des mascottes des Jeux de Tokyo 2020 par les élèves des écoles primaires.

Les premiers Jeux Olympiques organisés à Tokyo en 1964 ont eux aussi laissé un héritage durable à la ville et à ses habitants. Après la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale et l'effondrement économique, les Jeux de Tokyo 1964 ont marqué un tournant pour le pays. En présentant de nouvelles technologies telles que le train à grande vitesse, la diffusion par satellite et le chronométrage ultraprécis, ils ont en effet positionné le Japon comme un leader mondial dans le domaine de l'électronique. Partant, ils ont contribué à redonner un sentiment de fierté nationale et à rapprocher les Japonais.    

De plus, une large couverture télévisuelle, y compris le film officiel des Jeux Olympiques, a joué un rôle majeur dans le renforcement de la popularité des Jeux. Cette popularité a contribué à susciter un large soutien en faveur de la candidature de Tokyo à l'organisation des Jeux de 2020. Les générations plus âgées, lesquelles avaient apprécié les Jeux de 1964, étaient particulièrement enthousiastes. 

Les Jeux de Tokyo 1964 ont aussi laissé un impact physique sur les communautés sportives et locales. La Loi sur la promotion du sport, introduite avant les Jeux, a contribué à promouvoir le sport aux niveaux local et national. En 2018, par exemple, la nouvelle Association japonaise des clubs sportifs juniors (Japan Junior Sports Clubs Association – JISA) avait aidé 650 000 jeunes dans 31 000 clubs sportifs dans tout le pays.

Vancouver, Canada

2010 - IOC

L'intégration sociale est un héritage essentiel des Jeux Olympiques d'hiver de Vancouver 2010, en particulier pour les jeunes, les adolescents en difficulté et les communautés autochtones. Vancouver a été la toute première ville hôte à créer une organisation à but non lucratif, rebaptisée depuis LIFT Philanthropy, consacrée à l'héritage communautaire. Elle travaille toujours avec des organisations à vocation sociale dans tout le pays. L'un de ces programmes, Action Schools ! BC, a aidé un demi-million d'étudiants à être actifs chaque jour entre 2002 et 2010.[1] 

Cet accent mis sur l'intégration a également touché les communautés autochtones. Créé par les Jeux, par exemple, le Fonds pour l'héritage sportif des jeunes autochtones (Aboriginal Youth Sport Legacy Fund) soutient toujours les athlètes amateurs issus des communautés autochtones, y compris les snowboardeurs, en améliorant leur qualité de vie et en les responsabilisant. "En raison des Jeux et de leur importance, les nations ont commencé à travailler ensemble, et elles ont poursuivi ce travail", a déclaré Tewanee Joseph, ancien directeur général de la Société des quatre Premières nations hôtes, un groupe communautaire autochtone. Et d'ajouter : "Les Jeux ont été le plus grand accélérateur de relations que j'ai vu."

Londres, Royaume-Uni

2012 - IOC

Les Jeux de Londres 2012 ont apporté plus que des avantages en termes de tourisme et d'améliorations des infrastructures à la ville hôte. Les Jeux ont en effet inspiré les communautés à travailler main dans la main pour un changement durable. Le programme "Changing Places", par exemple, était une initiative visant à associer les habitants à l'amélioration de leurs propres quartiers. Ce programme a encouragé les étudiants de la région à identifier leurs principales préoccupations telles que les déchets et la pollution et a ensuite œuvré à leurs côtés pour trouver des solutions. Ce faisant, le programme a créé un sentiment d'appartenance des communautés aux lieux où elles vivaient.

Getty Images

Les Jeux ont aussi créé des emplois et des débouchés économiques. Au cours des cinq années qui ont suivi les Jeux, quelque 110 000 emplois ont été créés dans les six arrondissements entourant le parc olympique, soit un taux de croissance nettement supérieur à celui de la ville dans son ensemble et plus de trois fois supérieur aux prévisions de 2013.

Le parc olympique de la Reine Elisabeth lui-même a fait travailler 11 000 personnes entre la fin des Jeux et 2016, dont plus de 200 jeunes apprentis. Plus d'un quart de la main-d'œuvre du secteur de la construction a été recrutée dans les arrondissements voisins, et les emplois opérationnels à long terme ont été donnés principalement à la population locale.

Séoul, République de Corée

2018 - IOC

Plus de 30 ans après la clôture des Jeux Olympiques de Séoul 1988 en République de Corée, le parc olympique est toujours l'un des succès les plus visibles – et les plus durables. Attirant en moyenne 14 000 visiteurs par jour, le parc olympique de Séoul offre un espace indispensable dans une ville de 10 millions d'habitants.

La modernisation de Séoul a permis de créer près de 21 000 emplois et a ouvert la voie à la République de Corée pour accueillir d'autres événements majeurs, dont les Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018. Environ la moitié du personnel opérationnel était composé de volontaires, ce qui a permis de faire découvrir le sport et les valeurs olympiques à de nombreux citoyens du pays. Les Jeux de 1988 ont par ailleurs contribué à créer un véritable sentiment de fierté nationale.

Los Angeles, États-Unis d’Amérique

World cities day 2019 - Getty Images

Hôte des Jeux de 1932, 1984 et des prochains Jeux de 2028, Los Angeles continue de célébrer son long héritage olympique. Les Jeux de 1984 détiennent toujours le record de la plus grande rentabilité de l'histoire, avec un excédent de 232,5 millions d'USD. Une partie de ces bénéfices a contribué à la création de la Fondation LA84, laquelle est devenue plus tard un leader reconnu au niveau national dans le domaine des programmes sportifs pour les jeunes et de l'éducation publique. Depuis sa création en 1985, la Fondation a bénéficié à plus de trois millions de jeunes et à leurs familles. Ses programmes concernent encore 30 000 enfants chaque année.

Les Jeux de 1984 ont également créé un héritage sur le plan de l'engagement civique à Los Angeles. Le programme "Keep Los Angeles Beautiful – Olympic Youth Beautification Programme" a organisé des groupes communautaires pour nettoyer différentes parties de la ville. Il a conduit à la plantation de plus de 20 000 arbres et rosiers sur les sites de compétition olympique, les lieux d'entraînement, les écoles et les parcs.

Cet esprit d'engagement communautaire est toujours perceptible à Los Angeles par le biais de programmes tels que ceux soutenus par le Conseil des travaux publics de la ville de Los Angeles (City of Los Angeles Board of Public Works Office of Community Beautification).

World cities day LA 1984 Memorial Coliseum - IOC

Cet esprit est également au cœur du projet olympique de Los Angeles 2028. Grâce au soutien apporté par le CIO, le comité d'organisation de LA28 investit actuellement 160 millions d’USD dans les programmes sportifs pour la jeunesse dans tout Los Angeles, facilitant ainsi l'accès des enfants à la pratique sportive, en particulier dans les communautés défavorisées. Le concept des Jeux étant centré sur "ce que nous avons, et non pas ce que nous allons construire", LA 2028 veille à ce que ce soient les Jeux Olympiques qui s'adaptent à leur hôte, et non l'inverse. Son approche de "réutilisation radicale", par exemple, signifie qu'aucun nouveau site permanent ne sera construit pour les Jeux Olympiques de 2028, et que le Los Angeles Memorial Coliseum sera utilisé pour accueillir la cérémonie d'ouverture pour la troisième fois de l'histoire en 2028.

back to top En