skip to content
IFSC/Eddie Fowke
Tokyo 2020

Josh Levin, athlète modèle des JOJ se concentre sur son rêve de participer aux Jeux de 2020 à Tokyo

Tout jeune grimpeur parmi les meilleurs du monde désireux d'avoir des conseils sur sa vie lors des prochains Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de 2018 à Buenos Aires pourra sans hésiter s'adresser à l'athlète modèle Josh Levin.

Josh Levin n'a peut-être que 23 ans mais il a déjà fait un stage à la NASA, il a déjà géré la pression d'être une star de la télévision, d'être devenu le jeune grimpeur américain le plus décoré de tous les temps et a déjà dû prendre des décisions importantes concernant son avenir.

"J'ai fait un autre stage, en conception industrielle, et j'ai eu une offre incroyable de la part de l'entreprise que j'ai refusée pour m'entraîner en vue des Jeux Olympiques", a confié Josh Levin. "C'est vraiment génial, j'ai eu des occasions de faire des choses en dehors de l'escalade, ce qui est sympa mais je souhaite vraiment maintenant poursuivre et faire de l'escalade autant que possible. C'était un choix difficile – est-ce que j'accepte cette offre d'emploi incroyable ou est-ce que je poursuis mon rêve olympique ?"

IFSC/Eddie Fowke

Les parents de Josh Levin, qui avaient vu leur fils décrocher le nombre record de 19 titres en Championnats nationaux de la jeunesse, ont résisté à l'envie de le pousser vers la sécurité d'une carrière dans l'une des entreprises numéro un mondiales et n'ont, en revanche, pas hésité à lui apporter tout leur soutien pour ses aspirations olympiques.

Malgré son emploi du temps chargé, les JOJ ont joué un rôle important dans le parcours du Californien jusqu'à aujourd'hui. Le diplômé en ingénierie faisait en effet partie de l'équipe d'escalade sportive au Sports Lab des JOJ de 2014 à Nanjing. Son rôle consistait à montrer le potentiel unique de son sport et à attirer le plus grand nombre de visiteurs possible sur le mur d'escalade. 

"Nous avons aidé les jeunes de la région, les membres du CIO et les athlètes eux-mêmes à essayer l'escalade pour la première fois", explique-t-il. "C'était une expérience incroyable, qui n'est pas sans me rappeler la première fois où j'ai moi-même découvert ce sport."

"Nous étions présents pendant toute la durée des Jeux. Nous pouvions réellement vivre l'ambiance. Non seulement voir les athlètes de haut niveau concourir au mieux de leurs capacités dans leurs sports respectifs, mais aussi l'esprit dans son ensemble était une source d'inspiration."

Le travail que Josh Levin et ses collègues ont fait a certainement payé, étant donné que l'escalade sportive a été approuvée aux JOJ de Buenos Aires comme épreuve avec remise de médailles, et qu'elle fait aussi désormais partie du programme des Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo.

"Quand ma carrière battait son plein, je pratiquais les trois disciplines, ce que j'adorais, donc lorsque j'ai entendu l'annonce du Comité International Olympique (confirmant que les trois disciplines de l'escalade : bloc, difficulté et vitesse seraient combinées en une seule épreuve) j'ai été tellement heureux, cela m'a fait penser "ouah, j'ai une énorme chance de qualification", nous a-t-il confié.

IFSC/Eddie Fowke

Sa courte période de travail à la NASA, pendant laquelle il a contribué au projet Mars Rover 2020, a enseigné à ce jeune rêveur une leçon des plus précieuses.

"Lorsque vous travaillez à la NASA, vous comprenez que le ciel seul n'est pas une limite", a déclaré Josh Levin en riant avant d'ajouter : "Si vous rêvez grand et travaillez dur, tout est possible."

Le quintuple champion continental junior, qui a raté la saison 2014/2015 à cause d'une opération à l'épaule, s'est engagé afin de réaliser son rêve. De retour dans l'équipe américaine d'escalade à la saison dernière, Josh Levin s'est assuré sa toute première place en finale de la Coupe du monde de la Fédération internationale d'escalade sportive, en vitesse, plus tôt cette année. De tels résultats n'ont fait que renforcer son souhait de participer aux Jeux de Tokyo dans trois ans. 

Malgré tous ces succès, il envisage tout particulièrement de partager avec les grimpeurs des JOJ l'année prochaine ses conseils pour gérer les déceptions.

"Il y a deux semaines, je me suis cassé la main en participant à l'émission américaine de courses d'obstacles Ninja Warrior", nous confie-t-il, un peu penaud.

Pour les non-initiés, Ninja Warrior est une émission de télévision mondiale, véritable phénomène, au cours de laquelle des hommes et des femmes très aventuriers participent à une course d'obstacles complètement folle afin d'atteindre les finales nationale et internationale et affronter d'autres "surhommes". Le concept convient à merveille à Josh Levin.

Et d'ajouter : "J'avais vu la version japonaise à la télévision quand j'avais 15 ans et je m'étais dit que ça avait l'air vraiment amusant. C'est aussi assez unique, la course est traitée du point de vue compétiteur. Ce n'est pas nécessairement un individu contre un autre compétiteur."

Il y a participé pour la première fois l'année passée, il a atteint les finales nationales à Las Vegas et a été choisi pour faire partie de l'équipe américaine. S'en est suivi un voyage pour concourir en Indonésie au niveau international.

"C'est une expérience différente mais c'est aussi sympa de concourir pour les États-Unis dans Ninja Warrior qu'en escalade sportive", a déclaré Josh Levin. "À plusieurs titres, c'est un peu plus intense. Vous devez rester debout jusqu'à 3 ou 4 heures du matin car c'est filmé de nuit. Vous faites beaucoup d'interviews, des séquences vidéo supplémentaires, ces choses qu'ils appellent des "photos de héros", lesquelles sont plutôt moches."

"Mais c'est une formidable communauté. Tout le monde veut que les autres réussissent."

Pour Josh Levin, c'est aussi ce sens de l'unité qui fait de son premier amour, l'escalade sportive, un sport aussi attrayant. Et c'est un autre message clé qu'il souhaite faire passer à tous ceux qui s'efforceront de décrocher une médaille aux JOJ de 2018 à Buenos Aires.

"Les JOJ vont, à mon avis, au-delà du sport. Cette manifestation montre que nous, en tant qu'humains, ne sommes pas très différents les uns des autres. C'est un concept si important d'aider les enfants à comprendre ce que sont les autres croyances, les traditions et les cultures du monde entier."  

back to top En