skip to content
2018 Getty Images
PyeongChang 2018

Jorien Ter Mors tient sa revanche sur 1000 m !

La série Néerlandaise se poursuit sur l'anneau de patinage de vitesse de Gangneung. Mercredi, Jorien Ter Mors triomphe à son tour dans le 1000 m pour offrir à l'armada orange un cinquième titre en cinq épreuves. Elle devance deux japonaises, Nao Kodaira de 26/100e et Miho Takagi de 42/100e.

Les sélections néerlandaises en patinage de vitesse sont impitoyables, et tous les patineurs orange vous diront que les "Trials" olympiques disputés à Heerenveen en décembre dernier ont été la plus difficile de toutes les compétitions. Ainsi, Jorien Ter Mors, qui ne s'est classée que 5e du 1500 n'a donc pas été sélectionnée pour défendre à PyeongChang le titre qu'elle avait gagné quatre ans plus tôt à Sotchi. Elle a donc pris une éclatante revanche sur 1000 m, mercredi, sur l'anneau de vitesse de Gangneung. 

La porte-drapeau de la délégation néerlandaise à Sotchi 2014 avait été la première athlète à s'aligner également dans les épreuves de short-track, et avait gagné un autre titre olympique sur l'ovale de glace Adler en participant au triomphe orange dans la poursuite par équipes.  

Getty Images

A 28 ans, elle obtient sa 3e médaille d'or et apporte sa contribution à ce qui constitue pour le moment un Grand Chelem néerlandais : cinq titres en cinq épreuves. Elle a patiné dans la 12e paire pour signer un chrono de 1:13.56, nouveau record olympique, et devancer de 1.76 sa compatriote Ireen Wüst qui occupait jusque làla tête du classement.  

Mais la compétition n'était pas finie, avec les fusées japonaises Nao Kodaira et Miho Takagi, toutes deux en avance au premier chrono intermédiaire, mais qui n'ont pas fini aussi fort que Ter Mors. Au final, Kodaira a pris la médaille d'argent à 26/100e et Takagi le bronze à 42/100e. Ireen Wüst, la plus décorée des patineuses de vitesse aux Jeux Olympiques, a rétrogradé jusqu'au 9e rang au terme du passage des seize paires en compétition. 

Getty Images

Trois médailles d'or, trois records olympiques pour Jorien Ter Mors  

Jorien Ter Mors, qui aura signé un record olympique à chacune de ses victoires (1500 m et poursuite à Sotchi 2014, 1000 m à PyeongChang 2018) est évidemment très satisfaite : "Je suis vraiment heureuse. J'ai travaillé si dur ! J'ai dû me battre en début de saison et procéder à des changements en vue des Jeux. Ça a payé, je suis donc ravie d'être ici en tant que championne olympique. Cela veut tout dire. La plus belle médaille, c'est celle qui vient après un gros travail pour être en grande forme au bon moment, et réaliser ça. C'est géant!"  

Elle a toutefois vécu de longues minutes d'angoisse pour être certaine de sa victoire. "C'est toujours difficile, parce que vous avez déjà couru en faisant tout ce que vous pouviez, et vous devez attendre que les autres concurrentes s'élancent, vous ne pouvez rien faire de plus, c'est dur pour les nerfs. Mais à la fin, c'est tout bon puisque j'ai gagné !"  

Getty Images

Kodaira et Takagi espèrent bien finir par battre les Néerlandaises  

Nao Kodaira et Miho Takagi sont les premières japonaises à monter ensemble sur un podium olympique de patinage de vitesse. "Les patineurs néerlandais restent meilleurs et plus forts que nous", observe Nao Kodaira. "Mais nous arrivons, et il reste de la place pour s'améliorer, afin de pouvoir les défier. Je suis très satisfaite de cette médaille".  

Miho Takagi remporte pour sa part sa 2e médaille à Gangneung après l'argent sur 1500 m. "Dans le 1500 m, j'étais pleine puissance, mais l'énergie n'est plus là. Je dois reconnaitre qu'il y avait deux meilleures patineuses aujourd'hui". Et concernant la domination orange : "Dans les courses individuelles, l'origine des patineurs importe peu, mais dans la poursuite par équipes, oui, ce sont bien les Néerlandaises qui sont nos grandes rivales". 

Getty Images
back to top En