skip to content

Johanna Puff veut faire briller l'Allemagne en biathlon à Lausanne 2020

Johanna Puff OIS/IOC
Date
11 janv. 2020
Tags
Actualités Olympiques, JOJ, Lausanne 2020, Biathlon
Il y aura quatre épreuves sur le stade des Tuffes à Prémanon du 11 au 15 janvier : l'individuel, le sprint, le relais mixte simple et le relais mixte par équipes. Johanna Puff est une des huit biathlètes de l'équipe d'Allemagne qui compte quatre garçons et quatre filles. N°1 de sa catégorie d'âge dans son pays, elle compte bien briller dans toutes les courses et si possible remporter des médailles…


Le biathlon est un sport national en Allemagne, un spectacle qui draine les foules tous les ans en Coupe du monde sur les sites de RuhpoldiIng ou d'Oberhorf. Côté féminin, l'histoire de ce sport est pavée de grands noms, comme Uschi Disl, Kati Wilhelm, Magdalena Neuner et Laura Dahlmeier, toutes multi-médaillées olympiques et mondiales. Aux JOJ, Franziska Preuss a gagné trois épreuves à Innsbruck 2012 (sprint, relais mixte, relais mixte ski de fond/biathlon) et fait maintenant partie de l'équipe d'Allemagne en Coupe du monde. La Bavaroise Johanna Puff, 17 ans, est la n°1 allemande dans sa classe d'âge, et pourrait bien marcher sur ses traces. Interview avec une jeune championne qui espère bien monter sur les podiums à Prémanon !
Comment as-tu commencé le biathlon ?

Toute ma famille est très sportive. J'ai essayé plein de sports différents, et à l'âge de sept ans, je me suis mise au ski de fond. À quatorze ans, je me suis tournée vers le biathlon. La transition n'est pas évidente, car le tir, c'est compliqué. La course a vraiment deux aspects différents, arrivée devant le pas de tir, il faut savoir se concentrer et reprendre son souffle !

Quels ont été tes principaux résultats ?

Cette année, j'ai gagné le championnat d'Allemagne dans ma catégorie d'âge. Je m'entraîne à Ruhpolding, un haut lieu du biathlon allemand, et j'appartiens au club de Bayrischzell SC en haute Bavière, tout près de la frontière autrichienne. J'ai 17 ans depuis le 2 juillet.

As-tu des modèles, des héros ?

Oui, c'est le Norvégien Johannes Thingnes Bø. Il est si bon sur les skis et en tir ! Il m'inspire et j'aimerais bien obtenir un jour les mêmes résultats que lui.

Johannes Thingnes Bø 2018 Getty Images


Tu vas participer aux JOJ de Lausanne. Qu'est-ce que cela représente pour toi ?

C'est un grand honneur. C'était mon but cette année de me qualifier pour Lausanne 2020. C'est vraiment géant, et maintenant, je vais essayer de faire de mon mieux dans mes courses et représenter l'Allemagne du mieux que je peux. C'est une grande expérience qui m'attend et je vais essayer de briller dans toutes les spécialités, on verra bien ce qu'il en sortira. Une médaille, ce serait géant !

Et puis c'est ton premier grand événement mondial…

C'est génial de rencontrer des sportifs de tous les pays, de les affronter dans mon sport, et d'en découvrir d'autres !

Y a-t-il une spécialité du biathlon que tu préfères ?

Je préfère le sprint, car il n'y a que deux passages sur le stand de tir. Le tir est encore un problème pour moi. Mais j'aime aussi la confrontation directe, comme dans la poursuite ou le départ groupé .

Qui vois-tu comme tes principales rivales ?

Je pense que les Norvégiennes et les Françaises seront très fortes, comme toujours. Mais je ne les connais pas bien. Sur un plan international, je cours pour l'instant en Alpen Cup avec les Suisses, les Autrichiennes et les Allemandes, je n'ai pas encore couru contre les biathlètes des autres pays.

 
Quels sont tes objectifs pour le futur ?

Mon but principal, c'est de m'amuser dans le sport. Sinon, l'an prochain, je termine l'école, alors j'aimerais bien intégrer l'équipe sportive de la Police. Là, il y a tout un encadrement, des entraîneurs, et beaucoup de sportifs allemands suivent ce chemin pour s'entraîner.

Tu te vois en Coupe du monde et aux Jeux Olympiques ?

Je pense que ça sera très difficile d'arriver jusque-là ! En attendant, je suis très reconnaissante envers ma famille et tous mes entraîneurs qui m'aident tout le temps pour que j'obtienne les meilleurs résultats possibles.

Suis-tu les résultats internationaux ?

Bien sûr. Je regarde la Coupe du monde, j'ai vu Benedikt Doll gagner le sprint au Grand Bornand le 19 décembre, j'étais très heureuse pour lui. C'est quelqu'un de super, je l'adore ! Je ne connais pas personnellement les autres biathlètes de l'équipe allemande, mais je suis leurs parcours.

back to top En