skip to content
IOC/Kishimoto/Yo Nagaya
Date
08 juin 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , canoë Slalom , JOJ

Jiří Prskavec veut stopper la sécheresse tchèque de médailles sur le « parfait » parcours d’eaux vives de Rio


Le champion tchèque de canoë slalom Jiří Prskavec a été nourri au biberon des Jeux Olympiques. Son père, Jiří Prskavec senior, qui écumait lui aussi les bassins de slalom, a participé au Jeux d'Atlanta 1996 et de Sydney 2000. Désormais âgé de 23 ans, Jiří Prskavec junior a découvert pour la première fois l’esprit olympique aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Singapour 2010. Il avait alors 17 ans. 

Six ans plus tard, il se prépare à plonger dans le grand bain pour ses premiers Jeux Olympiques d’été à Rio 2016, où il espère offrir à la République tchèque son premier titre olympique de slalom depuis 2000.

Pour les admirateurs de Jiří Prskavec qui passe, à 23 ans, pour l’un des meilleurs jeunes spécialistes de canoë slalom du monde, le meilleur reste à venir. Malgré son âge, le jeune pagayeur tchèque a de l’expérience à revendre. Classé au quatrième rang mondial, il se prépare à débuter sur la scène olympique à Rio 2016, après avoir été déjà sacré champion du monde ICF individuel et par équipes en 2015, cinq fois champion d’Europe (2013, 2014 et 2016 en individuel, 2013 et 2016 par équipes), ainsi que champion du monde et d’Europedes moins de 23 ans, respectivement en 2012 et 2015.


Bien qu’il continue à s’affirmer sur la scène mondiale des seniors, il considère l’expérience qu’il a vécue lors des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) 2010 à Singapour comme « l’un des meilleurs moments de [sa] vie » et il estime qu’elle va jouer un rôle essentiel dans sa préparation pour ses premiers pas olympiques à Rio.
Quand vous concourez, vous rencontrez toujours les mêmes gens, mais aux Jeux Olympiques vous rencontrez des sportifs d’autres disciplines et vous les encouragez, vous sortez avec eux. C’est très différent et ça m’emballe vraiment. Jiří Prskavec République tchèque
« J’ai de très bons souvenirs des JOJ, dit-il. Quand vous concourez, vous rencontrez toujours les mêmes gens, mais aux Jeux Olympiques vous rencontrez des sportifs d’autres disciplines et vous les encouragez, vous sortez avec eux. C’est très différent et ça m’emballe vraiment. J’espère qu’à Rio ce sera pareil, si ce n’est mieux. »

À Rio 2016, Jiří aura l’occasion de retrouver d’autres athlètes qui ont participé aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2010, car toute une génération de stars tchèques présentes à Singapour – dont la rameuse Kristyna Fleissnerova et la nageuse Barbora Zavadova – est aujourd’hui majeure. « C’est le principal atout des Jeux Olympiques, ajoute Jiří. On s’entraide pour être dans les meilleures dispositions et je suis vraiment enchanté de retrouver tous les athlètes des autres sports. Ils ne connaissent pas vraiment la discipline, mais ils souhaitent quand même m’encourager et ça, c’est plutôt cool. »

Parmi les autres visages familiers qui soutiennent Jiří, il y aura son entraîneur de père, prénommé Jiří lui aussi : avec deux Jeux Olympiques au compteur, il est idéalement placé pour conseiller et guider son fils. Jiří senior, lui-même troisième des championnats du monde de canoë slalom en K1, a incité son fils à prendre des risques et à tout donner, lui qui nourrit des regrets d’avoir pris des décisions « sages » lors des manches qu’il a courues à Sydney.

« Il me dit toujours de livrer ma meilleure course et de me concentrer sur moi-même, quelle que soit la compétition que je dispute », dit Jiří de son père.

« Il était parti pour faire une bonne manche, mais il a voulu simplement assurer et ça n’a pas marché. C’est donc bien qu’il me conseille de me donner à 100 % et de prendre des risques. C’est un gros encouragement qui peut beaucoup m’aider. »

« C’est la plus grande compétition du monde, et la pression sera certainement très forte, mais j’espère pouvoir la gérer et donne le maximum. »

Avec Bolt et Phelps au petit-déjeuner ?

Rio donnera également la chance aux olympiens en herbe de côtoyer les plus grands noms du sport, et là-dessus, Jiří a sa petite idée. « J’ai hâte d’être au village olympique de Rio. D’après ce qu’on m’a raconté, ça va être super », s’enthousiasme-t-il. « Mon grand rêve serait de prendre le petit-déjeuner, de grignoter quelque chose et d’être assis en compagnie de stars comme Michael Phelps ou Usain Bolt. Ce serait grandiose ! »

Déjà initié aux podiums du Brésil, après sa victoire aux Championnats du monde des moins de 23 ans à Foz de Iguaçu, Jiří a d’ores et déjà trouvé du soutien à Rio où il s’est entraîné dans le nouveau stade d’eaux vives. Il a passé deux semaines chez les Cariocas en mai et il y retournera fin juin pour un autre stage d’entraînement, avant le début des Jeux le 5 août.

« Ils ont un petit peu modifié le parcours et il est beaucoup plus rapide. Mais il me plaît, il est parfait », dit-il. « Il y avait encore des chantiers en cours à proximité, avec la piste de BMX, et beaucoup de travailleurs nous ont filmés à l’entraînement. Visiblement, ils sont vraiment très emballés par les Jeux Olympiques.

Cela a cependant été très difficile d’être là, car les athlètes tchèques sont tous très bons, et pour me qualifier, il a fallu que je les batte tous. Je veux juste profiter de l’ambiance ici. Ça nous promet une super compétition », ajoute-t-il. « Pour notre sport, c’est la plus grande compétition qui soit. C’est la seule fois en quatre ans qu’on peut réellement nous voir dans le monde entier. C’est vraiment super et je suis impatient d’y être. »

back to top En