skip to content
2012 Getty Images

Jennifer Suhr peut écrire l’histoire à Rio avec un 3e podium consécutif à la Perche !


Médaillée d’argent en 2008 à Beijing, puis sacrée championne olympique à Londres en 2012, la perchiste américaine Jennifer Suhr a prouvé ses ambitions pour de nouveaux exploits à Rio en battant cette année le record du monde en salle avec un bond à 5,03m. 
Pimentée par un fort vent de face et par la typique bruine anglaise, la finale olympique de la Perche féminine offre au public londonien massé dans les gradins une formidable dramatique dans la soirée du 6 août 2012. Arrivées à 4,70m qu’elles ont passé au premier essai, l’Américaine Jennifer Suhr, la Cubaine Yarisley Silva et la double tenante du titre russe Yelena Isinbayeva restent seules en lice pour se disputer la victoire. Entrée à 4,55m dans le concours, Suhr n’a pour le moment pas raté une barre. Silva a échoué une fois à 4,45m, Isinbayeva aussi, à 4,55m. 

La barre est montée à 4,75m. Jennifer Suhr l’efface à sa deuxième tentative. Silva en fait de même. Isinbayeva échoue deux fois et se réserve un essai pour la hauteur suivante, 4,80m. Cette barre à 4,80m, aucune des trois protagonistes ne la franchira dans les conditions difficiles de la soirée. En conclusion, Jennifer Suhr devient championne olympique avec une marque de 4,75m devant Yarisley Silva, même hauteur mais médaillée d’argent compte tenu de son premier essai raté à 4,45m. Isinbayeva abandonne sa couronne en se classant 3e avec 4,70m.

 

« Si Rick pouvait me pousser au-dessus de la barre….  »
« C’est beaucoup d’émotion, car c’est quelque chose dont je rêvais depuis les Jeux de Beijing » dit Jennifer Suhr à chaud. Dans la capitale chinoise en 2008, elle avait pris la médaille d’argent sous son nom de jeune fille (Stuckynski) avec un bond à 4,80m, tandis que Yelena Isinbayeva conservait son titre d’Athènes 2004 en battant le record du monde (5,05m). A Londres, l’épouse de Rick Suhr, son entraîneur, devient ainsi la première perchiste non russe à gagner plus d’une médaille olympique dans la discipline.  

«  Que ce rêve devienne réalité, je n’ai pas de mots pour l’expliquer ! En fait j’y pensais depuis que j’ai commencé le saut à la perche en 2004. Je me disais toujours « peut-être un jour », et le faire ici, c’est tout simplement magique. Cela demande beaucoup de force, d’investissement, de résistance mentale. Sur le terrain, vous devez être « dure » mentalement.  Le saut à la perche est si difficile ! Vous avez beaucoup de temps pour gamberger entre les sauts, et des fois, ils vous retardent pour laisser passer les courses sur la piste tandis que vous vous dites « mais je dois y aller, là ! ». C’est beaucoup d’anxiété, et je suis heureuse que cela soit terminé ! ».  

« Jenn » Suhr explique également : « La barrière psychologique était en moi. Je savais que j’arriverais à tout rassembler un jour. J’ai beaucoup appris à Beijing. La médaille d’argent était si précieuse pour moi, mais je savais que je voulais l’or. Avant que nous arrivions au stade, mon mari Rick m’a dit que j’allais gagner. Il ne dit jamais ça. Il me dit en général qu’il me retrouvera sur la plage. Ces paroles m’ont apporté un supplément d’âme et je me suis dit que je pouvais le faire. Si Rick pouvait me pousser au-dessus de la barre, il le ferait. Il a cette passion et il savait à quel point je voulais cette victoire. Nous sommes deux personnes travaillant pour un seul objectif ». 
2012 Getty Images
Recordwoman du monde en salle avec 5,03m. 
N°1 de la perche féminine américaine depuis une décennie, 15 fois championne nationale en salle et en plein air, Jenn Suhr devient le 2 mars 2013 la deuxième femme à franchir les 5m, battant à Albuquerque (Nouveau-Mexique) le record du monde en salle de Yelena Isinbayeva avec 5,02m. Quelques mois plus tard, elle livre dans stade Loujniki de Moscou lors des championnats du monde IAAF 2013 un formidable combat face à la favorite du public. Les deux championnes s’élèvent à 4,82m, mais la Russe réussit ensuite 4,89m et Suhr doit se contenter de la médaille d’argent, son premier podium aux Mondiaux. 

Si elle termine les championnats du monde 2015 à Beijing, au pied du podium (4e de la finale gagnée par Yarisley Silva), Jennifer Suhr attaque la saison olympique 2016 sur les chapeaux de roue, en améliorant le 30 janvier à New York son record du monde en salle avec un saut à 5,03m, puis en remportant en mars les championnats du monde « indoor » à Portland (Oregon). Sa barre effacée à 4,90m constitue le record de la compétition.  

La tenante du titre olympique jouera sa qualification pour les Jeux de Rio lors des sélections américaines. Les « 2016 U.S. Olympic Team Trials for track and field » auront lieu à Eugene (Oregon) du 1er au 10 juillet. Elle y affrontera notamment sa jeune compatriote qui monte, Sandi Morris, qui a pris l’argent derrière elle aux Mondiaux en salle de Portland. Les trois premières valideront leur ticket olympique. En terre carioca, Jenn Suhr, pourrait viser à 34 ans son troisième podium consécutif aux Jeux. 
2012 Getty Images
back to top En