skip to content
Date
30 juil. 1976
Tags
Montréal 1976 , Athlétisme

Jenner utilise la défaite comme tremplin vers l’or - Athlétisme

Avec le recul, l’athlète américain Bruce Jenner était tellement déterminé à décrocher l’or olympique que ses adversaires avaient peu de chances de réussir.


Dans les rangs universitaires, Jenner était un sportif exceptionnel, collectionnant les titres en football américain, en basket-ball et même en ski nautique !

Il était titulaire d’une bourse pour jouer au football américain dans une petite université de l'Iowa lorsque des entraîneurs lui suggèrent de s'essayer aux multiples disciplines du décathlon, l'épreuve olympique la plus difficile.

Un conseil judicieux : en un an, il réussit à être sélectionné en équipe américaine et se retrouve propulsé sur le devant de la scène à 23 ans pour les Jeux de 1972 à Munich. En Allemagne, il ne termine cependant que 10e, à plus de 700 points du champion soviétique Mykola Avilov.

La défaite pousse Jenner à changer de méthode d’entraînement. Au lieu de parfaire ses compétences au contact de ses compagnons décathloniens, il choisit de s’entraîner avec les meilleurs partenaires qu’il peut trouver dans chaque discipline. Résultat, ses performances s’améliorent sensiblement.

Il est ainsi sacré champion américain en 1974 et 1976 et part au Canada la même année au sein d’un petit groupe d’athlètes, bien décidé à remporter le plus beau titre qui soit.

Son atout maître pour vaincre : une première journée solide, alors que plusieurs de ses épreuves fétiches ont lieu le lendemain.

Avilov, originaire d’Ukraine, a l’intention lui aussi de se mettre hors de portée avant le soir de la première journée, mais c’est l’Américain qui a toujours le dernier mot.

Jenner n’est que l’un des neuf athlètes, dont le futur double champion olympique Daley Thompson, à descendre sous les 11’’ au 100m, mais il concède 60 points à Avilov au saut en longueur.

Il boucle cependant la journée de manière spectaculaire, en terminant coup sur coup deuxième au lancer du poids, au saut en hauteur et au 400m, pour se retrouver à une poignée de points seulement de son adversaire soviétique.

La deuxième journée prend toutefois des allures de chevauchée fantastique et Jenner aligne une série de belles performances. S’il perd d’entrée du terrain sur Avilov sur les haies hautes, il le rattrape immédiatement en expédiant le disque à 50,04m, près de trois mètres plus loin que son adversaire le plus proche.

Ainsi, lorsque les concurrents s'alignent pour prendre le départ du 1500m marquant la fin de l’épreuve, Jenner compte une coquette avance et le record du monde est à sa portée.

Il termine les trois tours trois quarts de stade en réalisant le deuxième temps et s’adjuge donc la médaille d’or, tout en inscrivant son nom sur les tablettes des records.

Avec 8 618 points, il en compte plus de 200 d’avance sur l’Allemand Guido Kratschmer, alors qu’Avilov obtient le bronze.

back to top En