skip to content
Date
14 août 2016
Tags
Actu CIO , Rio 2016 , Athlétisme , Kenya

Jemima Sumgong offre un premier titre olympique au Kenya sur le marathon féminin

Jemima Sumgong a tiré le meilleur parti d’une accélération décisive à six kilomètres de l’arrivée pour devenir la première kényane à gagner le marathon olympique dimanche au Sambodrome. Elle a devancé la Bahreïnienne Eunice Kirwa et l’Ethiopienne Mare Dibaba sous le soleil et devant le nombreux public carioca aux Jeux Olympiques de Rio 2016.


Jemima Sumgong, qui a gagné le marathon de Londres cette année, s’est imposée en 2 heures, 24 minutes et 4 seconde au terme des 42,195 km terminés sur la « passerelle de la Samba » du  Sambodrome de Rio, par des températures atteignant les 28 degrés. « Il faisait très chaud, mais nous avions toutes à nous en accommoder », a remarqué Jemima Sumgong, « Je devais contrôler mon corps, et l’écouter avec attention. Je suis très reconnaissante. C’est le premier titre du Kenya à Rio 2016. » 

Bahreïn a gagné sa deuxième médaille aux Jeux Olympiques avec Eunice KIrwa, née au Kenya, qui s’est parée d’argent en coupant le bandeau d’arrivée 9 secondes après Sumgong, tandis que la championne du monde en titre éthiopienne Mare Dibaba a terminé en bronze à 26 secondes. 


Getty Images

Mare Dibaba, qui disputait sa première course depuis sa sixième place au marathon de Londres en avril dernier, menait un peloton de tête de sept coureuses à la marque des 35km atteinte en  2:h00.31 Mais a 6km de l’arrivée, Eunice Kirwa a placé une accélération décisive, seulement suivie par Mare Dibaba et Jemima Sumgong. 

L’Éthiopienne Tirfi Tsegaye, qui a signé a meilleure performance mondiale 2016 en 2h19.41 pour s’imposer dans le Marathon de Dubaï en début d'année, avant de finir deuxième du marathon de Boston, et la Biélorusse Volha Mazuronak ont alors mené la chasse derrière les trois premières, tandis que la Bahreïnienne Rose Chelimo et les Américaines Shalane Flanagan et Desiree Linden  étaient décrochées. Tsegaye a terminé 4e, Mazuronak 5e, Flanagan 6e, Linden 7e et Chelimo 8e.  


Getty Images
« Je n’ai jamais pensé que je pouvais perdre »
« Je m’étais préparée pour sortir du bois au kilomètre 35, et mon corps répondait très bien, tout comme mes mouvements », a expliqué Jemima Sumgong.  Effectuant leur segment de 5km le plus rapide entre le 35e et le 40e kilomètre, les trois premières sont arrivés en vue du Sambodrome quand Mare Dibaba a payé ses efforts et n’a pu suivre le rythme. Sumgong alors placé une dernière accélération qui lui a permis de se détacher de son ex-compatriote Kirwa pour parcourir triomphalement la dernière ligne droite avant d’aller conquérir ce titre historique. 

Jemima Sumgong a expliqué qu’elle savait que la victoire était sienne à 2km du but, effaçant ainsi sa déception de Beijing en 2008 où elle n’avait pas réussi sa course.  « J’étais à Beijing et j’avais été extrêmement déçue de ne pas pouvoir gagner une médaille, ou de monter sur le podium, mais je savais qu’à un moment, un jour je ne serais plus nulle part. », a-t-elle dit. 

« Je n’ai jamais été inquiète, je n’ai jamais pensé que je pouvais perdre. Aux 40km, je savais que j’avais l’or. Nous n’étions plus que trois, mais j’ai compris que quoi qu’il arrive, je ne pouvais pas perdre, et que j’étais en route pour écrire l’histoire.  Aux 35km, j’avais noté que mes deux coéquipières étaient décrochées, et cela m’a donné la motivation de tout donner ». 

Le Kenya, qui domine la scène internationale sur 42,195 km depuis deux décennies, avait jusqu'à présent récolté trois médailles d'argent dans l'épreuve féminine, successivement en 2004, 2008 et 2012. Chez les messieurs, dont la course est programmé dimanche prochain, le premier or du Kenya est venu en 2008 à Beijing par la grâce du jeune Samuel Wanjiru, décédé depuis.

Getty Images

Il y a eu un autre moment d’histoire dans ce marathon olympique : les estoniennes Leila, Liina et Lily Luik, 30 ans ont été les premières triplées à s’aligner dans une épreuve olympique. Elles ont terminé loin de la gagnante, mais étaient ravies de leur performance, malgré l’abandon de Liina.
back to top En