skip to content
Date
07 août 1948
Tags
Londres 1948

Jehan Buhan - Escrime


Certains champions s’en remettent à leur concentration et à leur préparation. D’autres prospèrent grâce à leur souplesse et à leur capacité d’adaptation. Jehan Buhan fait définitivement partie de ces derniers.

À 36 ans, ce marchand de vin était venu à Londres comptant participer en épée, mais diverses circonstances firent que c’est en fleuret qu’il s’aligna finalement.

Cela devait se révéler un coup de maître car Buhan survola de victoires en victoires les sept épreuves dans laquelle il était inscrit. Son rival le plus proche, son compatriote Christian d'Oriola, escrimeur brillant de 19 ans avait remporté les Championnats du monde et était destiné à devenir l’un des plus grands escrimeurs du vingtième siècle. En 1948, cependant, l’aîné conservait l’avantage, finissant avec un total général record de 24-1. La vélocité de Buhan allait de pair avec son excellence tactique. Il s’imposait très finement en adaptant son style à celui de chacun des adversaires qu’il devait affronter.

Dans l’épreuve de fleuret par équipe, Buhan et d'Oriola se trouvèrent unis à la poursuite de l’or et personne ne fut vraiment surpris de constater que la victoire allait se décider dans un ultime combat entre la France et l’Italie, les deux équipes en présence, de toute évidence, les plus puissantes du tournoi olympique. Ce fut là que le talent supplémentaire de Buhan s’avéra déterminant.

À l’approche de cette finale, ses coéquipiers se montrèrent déprimés, se plaignant d’être épuisés et de souffrir des repas à l’anglaise qu’ils avaient en horreur car, disaient-ils, ils les rendaient malades, à un point tel que l’un des concurrents français, René Bougnol, se retira une heure avant le match et qu’il dut être remplacé au pied levé par Jacques Lataste. Buhan s’en remit alors à son expérience de marchand de vin et promptement fit acheminer une caisse de bouteilles de rouge. Ainsi requinquée, l’équipe française décrocha l’or et Buhan revint en France et à son vin avec deux médailles d’or !

back to top