skip to content
Date
05 févr. 2014
Tags
Sotchi 2014 , Actu CIO , Patinage artistique , Espagne

Javier Fernandez, un patineur pour l’histoire

Javier Fernandez Lopez a déjà écrit l’histoire sportive de l’Espagne en devenant double champion d’Europe de patinage artistique 2013 et 2014. Egalement médaillé de bronze mondial en 2013 à London (Canada), il peut placer la barre encore plus haut, en montant sur le podium olympique à Sotchi. 


« Je suis conscient d’avoir été le premier athlète à réaliser beaucoup d’exploits pour le patinage espagnol » dit Javier Fernandez. Madrilène, il est venu au patinage artistique à six ans, « parce que ma sœur avait regardé des compétitions à la TV et avait décidé de commencer à patiner et parce que quand je l’ai vue s’entraîner, j’ai énormément apprécié et j’ai décidé de m’y mettre aussi ». Quinze ans plus tard, il fait partie des favoris pour un podium à Sotchi !

« Le patinage artistique est un sport fabuleux, et c’est fantastique de constamment progresser dans les sauts, les pirouettes, les pas, et sentir que vous pouvez contrôler le terrain, même si vous n’êtes pas né dessus, et que vous pouvez conquérir la glace. Le sentiment de vitesse quand vous patinez, l’émotion quand vous gagnez une compétition, montrer votre programme après des jours et des jours de travail…. Je vis pour cela ! », explique-t-il.

Doué d’un talent unique dans un pays où l’on recense moins de 20 patinoires, il est tout d’abord le premier patineur espagnol à avoir réalisé un triple axel, puis des quadruples sauts. Champion national 2010 à 19 ans, il gagne sa place aux Jeux de Vancouver, où il comble pour sa nation un vide de 54 ans, puisque Dario Villaba était le dernier patineur ibérique devenu olympien à Cortina d’Ampezzo en 1956. Après s’être classé 14e de ses premiers Jeux, Javier Fernandez poursuit son parcours de pionnier, grimpant un à un les échelons du concert international. Tous les résultats qu’il obtient par la suite sont inédits dans le sport espagnol : 2e d’un Grand Prix de l’ISU en 2011, 3e de la finale du Grand Prix en 2012, vainqueur du Skate Canada la même année, puis champion d’Europe 2013 à Zagreb et médaillé de bronze des Championnats du monde à London (Ontario) !

Au travail avec Brian Orser

Après sa victoire historique à Zagreb en janvier 2013, il explique : « Je ne me sens pas encore champion. Je pense qu’une seule compétition, ce n’est pas grande chose. Je vais juste continuer à travailler ». Il poursuit donc ses gammes sur sa base de Toronto (Canada) sous la direction de Brian Orser, l’ancien double médaillé d’argent olympique canadien qui a mené la Sud-Coréenne Yuna Kim au titre féminin à Vancouver en 2010.

Lors de cet hiver olympique, Javier Fernandez conserve brillamment son titre européen le 18 janvier à Budapest avec trois quadruples sauts parfaitement exécutés lors de son programme libre, moins d’un mois avant de tenter d’entrer dans l’histoire des Jeux Olym-piques d’hiver. Il pourrait y gagner la première médaille espagnole sur la glace, ou seulement la troisième tous sports d’hiver confondus après la famille Fernandez-Ochoa en ski alpin (or pour Francisco à Sapporo en 1972 et bronze pour Blanca à Albertville en 1992, toujours en slalom).

Javier Fernandez se présentera dans la patinoire de l’Iceberg à Sotchi avec un programme long original sur le célèbre thème musical de la série Peter Gunn, composé par Henry Mancini. « L’année des Jeux, les concurrents choisissent souvent une musique dramatique et grave. Comme toujours, je vais à contre-courant et je prends quelque chose d’amusant. Je sais que je peux jouer avec pour exprimer ma personnalité. C’est ma stratégie. Les observateurs disent que quand je suis à 100%, c’est explosif. Je le crois aussi. » Javier Fernandez Lopez travaille avec acharnement pour arriver au sommet de ses capacités au bord de la mer Noire. Le spectacle promet d’être somptueux.

back to top En