skip to content
Date
13 août 2010
Tags
Actu CIO , Espace des athlètes

Jacques Rogge s'exprime sur les Jeux Olympiques de la Jeunesse


par Jacques Rogge,
Président du Comité International Olympique


Lorsque les premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne s’ouvrirent à Athènes en 1896 avec seulement 241 concurrents et quelques spectateurs, leur avenir n’était pas aussi certain que l'histoire allait le révéler. En effet, les Jeux d’Athènes attirèrent des athlètes de 14 pays à peine, les délégations les plus nombreuses étant celles de la Grèce, de l'Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne. Les Jeux étaient alors bien différents du phénomène mondial qu’ils sont aujourd’hui, à savoir un événement régulier des calendriers sportifs et sociaux.

Il faudra 28 ans de plus avant que les Jeux d’hiver ne deviennent, eux aussi, une manifestation régulière.  Et voilà qu’aujourd’hui, nous nous attendons à voir des Jeux tous les deux ans. Mais cela n’a pas toujours été le cas. Tout comme le programme sportif a continué d'évoluer, le spectacle mondial offert par les Jeux Olympiques n'a pas toujours été un fait acquis.

Dans quelques jours, nous assisterons à l’ouverture des tout premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse, un nouvel événement marquant sur le calendrier olympique. Et de même que le programme olympique n’a jamais été gravé dans le marbre et continue d’évoluer pour refléter les nouveaux comportements dans le sport et la société, de même verrons-nous encore des nouveautés et des épreuves intéressantes qui n’avaient jamais figuré auparavant au programme olympique. Il y aura de nouvelles épreuves comme le basketball de rue, les relais en piscine ou encore le triathlon avec des équipes mixtes; il y aura même des compétitions avec des équipes composées d’athlètes de différentes nationalités. Toutes ces innovations visent à intéresser un public plus jeune et à inspirer les jeunes athlètes.  Mais quels que soient les changements et les expériences, ce qui est le plus important et au centre des Jeux Olympiques de la Jeunesse, ce sont bien entendu les jeunes athlètes. Alors pourquoi donc cette attention tout à fait voulue à leur égard ?

En tant qu’organisateur de la plus grande manifestation sportive du monde, le Comité International Olympique (CIO) reconnaît qu’il lui incombe de préparer les jeunes athlètes à leur avenir. En effet, il s’agit là d’un des piliers sur lesquels le fondateur du CIO, Pierre de Coubertin, avait bâti les Jeux Olympiques modernes à la veille du 20e siècle.

Le sport en soi est un formidable outil pédagogique pour les jeunes. Il renforce leur corps et leur esprit, leur enseigne la discipline et les encourage à se fixer des objectifs et à les atteindre. Mais il serait irresponsable de la part du monde du sport d’adopter une politique de laisser-faire envers ses jeunes athlètes en espérant simplement que le fait de faire du sport leur donnera les qualités dont ils ont besoin pour surmonter les obstacles tant sur l'aire de compétition qu’en dehors.

Les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se tiendront du 14 au 26 août à Singapour proposeront des compétitions de haut niveau dans 26 sports tout en conseillant et en encourageant quelque 3 600 athlètes âgés de 14 à 18 ans et comptant parmi les meilleurs du monde.

Les athlètes participeront non seulement à des compétitions de premier ordre, mais aussi à diverses activités culturelles et éducatives qui visent à leur donner les compétences nécessaires pour prendre des décisions raisonnées et intelligentes dans la vie. Le programme culturel et éducatif durera les deux semaines des Jeux et couvrira toute une série de thèmes allant des bienfaits d’un style de vie sain aux dangers du dopage, en passant par les valeurs de l’amitié, de la solidarité et du fair-play.

Nous voulons offrir aux athlètes les outils dont ils ont besoin pour être maîtres de leur avenir. S’ils choisissent de poursuivre leur carrière dans le sport (certains deviendront peut-être de futurs olympiens), ils doivent être pleinement conscients qu’il ne s’agit pas d'un "métier pour toute la vie". Entre 30 et 40 ans, les athlètes, même les plus grands, mettent généralement un terme à leur carrière sportive.

Communiquer avec les athlètes lorsqu’ils sont adolescents, et donc potentiellement plus réceptifs que leurs aînés, est essentiel.

L’important est de les informer d’une façon qui soit à la fois amusante et utile. En fin de compte, le succès repose sur la manière dont les athlètes sont prêts à accepter et adopter les informations qu’ils reçoivent.

C’est pourquoi nous essayons de les sensibiliser de la manière la plus moderne et la plus interactive qui soit. Les Jeux Olympiques de la Jeunesse sont très présents sur les réseaux sociaux tels que Facebook, YouTube et Twitter. Nous avons organisé des concours qui incitent les membres de la communauté en ligne à s’éloigner de leur écran d’ordinateur pour être plus actifs. Nous avons enrôlé quelques-uns des meilleurs athlètes du monde, tels qu’Usain Bolt, Yelena Isinbaeva et Michael Phelps, pour aider les jeunes sportifs en jouant un rôle de modèles et en leur faisant part de leurs expériences et idées.

Mais surtout, les Jeux Olympiques de la Jeunesse ainsi que les activités culturelles et éducatives proposées doivent être amusants. Nous voulons encourager les jeunes à donner le meilleur d’eux-mêmes mais aussi à faire du sport pour l’amour du sport et à continuer de l’apprécier longtemps après que leurs rêves de médailles se seront envolés. Les Jeux Olympiques de la Jeunesse donneront aux athlètes une chance de concourir, d’apprendre et de partager leurs expériences avec d’autres jeunes. Nous espérons de tout cœur qu’en rentrant chez eux, les athlètes agiront comme des ambassadeurs et qu’ils seront actifs dans leurs communautés en partageant ce qu’ils auront appris à Singapour.

Si les Jeux Olympiques de la Jeunesse peuvent contribuer à donner aux jeunes du monde entier, ne serait-ce qu’à quelques-uns, un avenir meilleur, plus brillant et plus sain, nous aurons réussi. Et bientôt, les Jeux Olympiques de la Jeunesse deviendront un événement aussi indispensable du calendrier olympique que le sont leurs "grands frères".

back to top