skip to content
Date
10 févr. 2014
Tags
Sotchi 2014 , Actu CIO , Saut à ski , Autriche

Iraschko-Stolz en pleine forme à l’approche des débuts olympiques du saut à ski

L’athlète autrichienne chevronnée Daniela Iraschko-Stolz a montré qu’elle avait les moyens de décrocher la toute première médaille olympique en saut à ski féminin lorsqu’elle a surpassé ses jeunes rivales durant l’entraînement de samedi au complexe de RusSki Gorki.


Ce samedi, à l’occasion de la première session d’entraînement de saut à ski féminin sur un tremplin olympique, la concurrente âgée de 30 ans a dominé ses rivales en terminant devant l’adolescente japonaise Sara Takanashi, pourtant grande favorite, et l’Américaine Sarah Hendrickson, respectivement de 13 et 11 ans ses cadettes.
Durant cet entraînement, l’Autrichienne fut la seule atterrir au de la des 100 mètres, prouvant que les années n’ont pas de prise sur elle.

« Les mauvaises herbes sont les plus coriaces, » a déclaré en plaisantant la championne du monde 2011, qui avait déjà rappelé l’ampleur de son talent en janvier dernier, en récoltant deux victoires en Coupe du monde devant l’actuelle n°1 mondiale Sara Takanashi.

De toute évidence, elle se réjouit de cette opportunité de marquer les esprits lors de ces Jeux olympiques d’hiver.

« J’avais cessé de rêver aux J.O... Je ne suis plus toute jeune alors c’était plutôt inespéré, » explique-t-elle.

« J’en suis vraiment très fière. Et faire partie des favorites pour remporter une médaille, c’est comme un conte de fées, j’ai l’impression d’avoir à nouveau 16 ans ! »

Un destin accompli
Depuis sa plus tendre enfance, Iraschko-Stolz était convaincue que concourir sur la scène olympique était son destin.

« Après l’école, on m’a demandé ce que je comptais faire de ma vie et j’ai répondu : je vais aller à Stams (un lycée autrichien spécialisé dans le ski), puis aux Jeux olympiques. Ça a toujours été mon objectif. »

L’Autrichienne s’est déclarée très impressionnée par le Village olympique de Sotchi. « C’est quelque chose d’unique, c’est une grande famille sportive et je suis vraiment émue de vivre cela. C’est la première fois que je viens ici et je veux juste m’en mettre plein les yeux, je suis une touriste ! »

Même si elle savoure pleinement cette expérience olympique, son attention reste rivée sur le podium, et elle sera parfaitement concentrée lorsque la compétition débutera, le 11 février prochain.



« Si je suis suffisamment détendue, je peux tout à fait me classer parmi les meilleures. En tout cas, mardi, je ferai tout pour, » a-t-elle promis.

Le troisième et dernier entraînement des sauteuses aura lieu lundi. Le lendemain soir, à 17h30 heure locale, la première manche se déroulera sous les projecteurs du complexe de RusSki Gorki, sur le tremplin normal HS 105, puis les 30 meilleures concurrentes disputeront la finale un peu plus d’une heure plus tard pour une grande première aux Jeux Olympiques d’hiver.

La victoire reviendra à l’athlète ayant totalisé le plus de points, ceux-ci étant attribués en fonction du style et de la distance, et pas simplement selon la longueur des sauts.
Les sauteuses débuteront avec un score de 60 points. Ensuite, pour déterminer la note de distance, elles gagneront ou perdront deux points par mètre, selon que leur saut sera supérieur ou inférieur à 95 mètres.

Un panel de cinq juges sera chargé d’évaluer le style. La note la plus basse et la note la plus élevée seront ignorées, tandis que les trois autres notes seront additionnées. Ce total sera finalement ajouté à la note de distance pour donner le score global.

back to top En