skip to content

La Dream Team pour la vie

Même pour le légendaire Larry Bird, 12 fois NBA All-Star, élu à trois reprises meilleur joueur de la NBA, participer aux Jeux Olympiques de Barcelone 1992 était quelque chose d’indescriptible.

La magie opère dès que l’on regarde la photo (ci-dessus) : Michael Jordan, Magic Johnson, Larry Bird, Charles Barkley, Patrick Ewing, etc. Lorsqu’ils ont pris leur retraite, les 12 hommes portant le maillot à étoiles et rayures des États-Unis en Espagne ont remporté à eux tous pas moins de 23 championnats NBA et 15 titres de meilleurs joueurs pour 117 apparitions au NBA All-Star.

Je n’ai jamais rien vécu de tel, je peux vous le dire. Larry Bird

Les spectateurs non plus. Les fans adorent débattre des mérites de figures et équipes titanesques de tous temps, pays et sports, mais cela fait longtemps que Bird et ses compatriotes de l’équipe olympique américaine de basketball à Barcelone 1992 sont unanimement reconnus comme le plus grand vivier de talents sportifs de tous les temps.

Basketball - Barcelona 1992 - Dream Team IOC


Les Jeux de 1992 étaient les premiers auxquels les joueurs de la NBA ont pu participer, et les États-Unis y ont amené leur Dream Team.

Pour Bird, qui avait 35 ans à l’époque et arrivait à la fin de sa 13e saison en NBA, l’appel à participer aux Jeux était l’accomplissement d’un rêve de tout une vie.

“Ma famille était grande fan des Jeux Olympiques. Quand j’étais petit, on regardait tous les soirs”, a révélé le héros des Celtics de Boston. “On en avait entendu parler (du projet d’admettre des joueurs professionnels de basketball), mais je ne savais pas si ça allait se concrétiser. J’étais très heureux quand j’ai appris que c’était le cas, puis j’ai eu l’occasion de jouer. C’était quelque chose dont j’avais toujours rêvé.”

Larry Bird IOC

Le manager de Bird aux Celtics de Boston, Dave Gavitt, a joué un rôle déterminant dans les négociations complexes visant à obtenir la participation des plus grandes vedettes de basketball du monde à la plus grande manifestation sportive du monde.

Aussi Bird était-il toujours informé de l’état d’avancement des discussions et, aux côtés de Magic Johnson, il était un des premiers à signer. Une fois obtenu l’aval de ces deux joueurs, il n’a pas fallu longtemps pour convaincre les autres.

L’étape suivante était la partie facile : la qualification. Johnson, Jordan, Bird et compagnie ont remporté six victoires sur six au Tournoi des Amériques à Portland, Oregon, gagnant chacun avec une moyenne de 51,5 points. Mais c’est la clameur des fans et même des joueurs adverses, tout autant que la domination des États-Unis sur le terrain, qui augurait de ce qui allait venir. Les joueurs cubains ont même demandé que le premier match soit différé : ils voulaient avoir le temps de prendre des photos avec leurs héros.

Pour les joueurs, c’était le début d’une aventure sans précédent.

“J’avais joué avec eux et contre eux dans des matches All-Star, fait quelques publicités avec Michael et Magic, et fréquenté un peu Charles et Patrick Ewing, mais pas durant une longue période comme ça. On était ensemble pendant plus de 30 jours, quasiment 12 heures par jour”, a expliqué Bird, les stars américaines ayant également passé une semaine à Monaco, capitale glamour, avant de se rendre à Barcelone.

C’est à Monaco qu’un des nombreux mythes entourant la Dream Team est né. Un match d’entraînement s’est tenu entre les Blancs (Jordan, Ewing, Karl Malone, Scottie Pippen et Bird) et les Bleus (Johnson, Barkley, David Robinson, Chris Mullin et Christian Laettner). Alimenté par les commentaires de Michael Johnson selon lequel “il ne s’était jamais autant amusé sur un terrain”, ce match impliquant une sélection des meilleurs joueurs de basketball est devenu ce que Sports Illustrated a qualifié de “plus grand match que personne n’ait jamais vu”. Si Bird apprécie la magie de cette histoire, il en conteste la véracité.

Dream team larry bird IOC

“Pour vous dire la vérité, je n’y ai rien trouvé de spécial", dit-il. "Si vous demandiez aux trois quarts des gens présents ce jour-là, ils n’en penseraient rien de plus non plus. C’était un match d’entraînement comme un autre. On parlait beaucoup. On parlait plus qu’on ne jouait en fait. Quand ils ont écrit ça (Sports Illustrated), je me disais : "Ah bon, quand ça ?" Je pense que c’est la nostalgie qui parle.”

Vrai ou faux, cela donne une idée du battage médiatique et de l’hystérie qui accompagnaient les joueurs partout où ils allaient. Une telle vénération et surveillance signifiait que séjourner au village olympique n’était pas une option viable. Aussi la Dream Team et toute l’équipe qui assurait sa sécurité ont-elles logé dans un hôtel cinq étoiles situé à proximité. Ceci, ajouté au fait que l’entraîneur Chuck Daly donnait à ses stars toute la liberté qu’elles voulaient, a conduit à une ambiance étonnamment familiale et détendue.

“Certains jouaient aux cartes. D’autres allaient à la piscine. On prenait nos repas à l’extérieur et on faisait plein de choses”, a expliqué Bird. “On faisait connaissance avec les familles. Il y avait une zone dans l’hôtel où on pouvait amener nos enfants et se détendre pendant qu’ils s’amusaient. Il y avait toujours quelqu’un. On avait tous de jeunes enfants à l’époque.

On a tissé des liens. C’était ça qui était spécial. Larry Bird

Daly avait manifestement trouvé le juste équilibre. Si Jordan disait faire au moins un golf de 18 trous par jour, les superstars savaient quand il fallait passer aux choses sérieuses.

“On gérait nos affaires”, a expliqué Bird. “On pouvait faire ce qu’on voulait mais, quand le moment était venu de jouer, il fallait y aller. Si on se donnait à fond ensemble sur le terrain, on savait qu’on gagnerait.”

Et ce fut le cas. Les États-Unis menaient 46 points contre à peine un dans le match d’ouverture contre l’Angola.



Ils sont devenus la première équipe de l’histoire à marquer plus de 100 points dans chaque match olympique, avec une moyenne de 117,3.

Bird, qui était co-capitaine avec Magic Johnson, a réussi à ignorer ses craquements de dos et a contribué pleinement aux huit victoires consécutives de son équipe, avec une moyenne de 43,8 points d’avance par match. La finale a été la compétition le plus serrée : la Croatie a été battue 117-85.

“Gagner la médaille d’or est la chose la plus importante qu’un athlète puisse faire dans sa vie”, a déclaré Bird, pour qui l’environnement général, encore plus que les coéquipiers, a été un moment fort dans sa carrière.

Larry Bird IOC

“Pour moi, le plaisir, c’était juste d’être aux Jeux Olympiques. J’ai joué d’autres matches avec certains de ces gars, mais là, c’était les Jeux Olympiques. C’était spécial.”

back to top En