skip to content
IOC
Rome 1960

Instantané : L'histoire qui se cache derrière cette photo de Cassius Clay lors des Jeux de Rome 1960

Certaines photographies définissent une génération, d'autres, occasionnellement, sont annonciatrices d'un changement complet de paysage social et politique, pour ne pas dire sportif. Le portrait emblématique de Cassius Clay (lequel a ensuite adopté le nom de Mohamed Ali) debout sur la plus haute marche du podium aux Jeux Olympiques de 1960 à Rome en tant que champion des poids mi-lourds fait partie de ces photographies.

"Cela me rappelle quel grand tournant cela a été pour Cassius Clay et pour le monde du sport en général", a déclaré Jonathan Eig, auteur de l'ouvrage paru en 2017 intitulé Ali: A Life, la première biographie majeure couvrant la vie entière de Mohamed Ali. "C'est un moment où nous louvoyions entre l'ancien et le nouveau monde du sport, où les athlètes afro-américains allaient devenir des personnalités politiques. C'est l'une des dernières victoires simples et naïves de Cassius Clay, avant qu'il ne devienne célèbre et qu'il ne fasse l'objet de sérieuses controverses."

"L'innocence est le mot juste. C'est le moment où le monde le découvrait pour la première fois. Après, tout allait devenir à la fois plus amusant et compliqué."

Cassius Clay venait à peine de battre le très aguerri Zbigniew Pietrzykowski (à droite de Cassius Clay lorsque vous regardez la photographie) au cours d'une finale très engagée. À 25 ans, ce dernier, médaillé de bronze des Jeux de 1956 à Melbourne et comptant 231 combats amateurs à l'époque des Jeux de Rome, contre les quelque 108 de Cassius Clay, était réputé pour être un boxeur difficile et inflexible. Gaucher, il a apparemment posé un certain nombre de problèmes à Cassius Clay dans le premier round, mais, ainsi qu'en témoignent la lèvre supérieure et la bouche en sang de Zbigniew Pietrzykowski sur cette photo, le jeune athlète américain, du haut de ses 18 ans, a finalement eu raison de lui. Les juges lui ont en effet attribué l'or avec un score unanime de 5-0.

IOC

"Il était plus jeune que ses adversaires et moins expérimenté", précise Jonathan Eig. "Ce qui l'a réellement porté, c'est son incroyable vitesse, et même s'il ne semblait pas cogner fort, c'était tout de même une force de la nature et ses poings touchaient leur cible avec beaucoup plus de force qu'il n'y paraissait."

"Il n'était qu'un poids mi-lourd en 1960, mais il n'allait pas tarder à devenir un poids lourd et personne n'avait jamais vu un poids lourd aussi rapide auparavant. Sa progression a été spectaculaire. Il était tellement plus fort et plus rapide que tout autre poids lourd avant lui. C'était vraiment surprenant et on pouvait déjà en avoir un petit aperçu dans la manière dont il a combattu à Rome."

Cassius Clay était arrivé en Italie en tant qu'excellent boxeur amateur. Son record était de 100 victoires sur 108 combats. Parmi ces victoires, citons les titres successifs chez les poids mi-lourds, à savoir les concours de l'Union nationale du sport amateur (1959 et 1960) et les Gants d'or (les mêmes années). Pourtant avant les Jeux de 1960 à Rome, rien ne laissait présager que cet adolescent allait devenir le plus grand boxeur que le monde ait jamais connu. Une personne cela dit pensait que c'était sans conteste son destin, et cette personne c'était bien évidemment lui. Et pour Jonathan Eig, preuve en est le sourire serein qu'affiche Cassius Clay sur cette photographie magique.

IOC

"Cela tient bien sûr un peu au fait qu'il ait gagné", affirme en riant Jonathan Eig. "Mais il était toujours à l'aise. Il ne paraissait jamais nerveux. Il était très bien dans sa peau, même à cet âge."

Le natif de Louisville, dont on dit qu'il a porté un parachute pendant toute la durée de son vol jusqu'à Rome à cause de sa peur de l'avion, n'a pas perdu de temps à faire savoir aussi bien au public qu'aux autres athlètes en lice qui il était.  

"Son magnétisme était flagrant dès son arrivée à Rome", a confié Jonathan Eig. "Les journalistes et même les autres athlètes disaient que ce jeune homme était comme le maire du village olympique. Et cela même avant sa première victoire."

"Sa personnalité de gagnant était telle que les journalistes ont commencé à espérer qu'il devienne un grand boxeur, car pour eux cela signifiait davantage de ventes de papier. Les journalistes lui posaient des questions politiques, et il était jeune, toujours au lycée, mais il arrivait déjà à charmer tout le monde malgré son jeune âge."

La fierté de devenir champion olympique, très visible sur cette photographie, est restée intacte chez Mohamed Ali (Cassius Clay a changé son nom en 1964 peu de temps après avoir battu Sonny Liston pour devenir champion du monde des poids lourds pour la première fois) tout au long de son impressionnante carrière. D'après Jonathan Eig, il portait sa médaille d'or olympique "partout où il allait".

Allsport/Michael Cooper

Ainsi que l'a indiqué Jonathan Eig : "Les Jeux Olympiques l'ont lancé, ont fait de lui une star, lui ont donné un avant-goût du titre mondial des poids lourds. Et en 1996, lorsqu'il a allumé la vasque olympique (lors des Jeux d'Atlanta), cela a été l'un des temps forts de sa vie, l'occasion de se repencher sur cette gloire olympique, laquelle l'a vraiment rendu célèbre."

"1996 l'a relancé. On oublie qu'au début des années 1990, personne ne se souvenait de Mohamed Ali. Il était déprimé, il se cachait du public à cause de sa maladie, il n'aimait pas se voir à la télévision. Il passait par des moments difficiles."

Et de conclure : "Lorsqu'il a allumé la vasque olympique, l'Amérique l'a redécouvert, l'a vu sous un nouveau jour. Le pays a vu en lui l'humain, dans sa fragilité, et le public l'a adopté comme il ne l'avait jamais fait auparavant."

back to top En