skip to content
Date
13 mars 2019
Tags
Actualités Olympiques, Ski alpin, Norvège
Actualités Olympiques

Inspirées par les "Attacking Vikings" à la conquête des podiums olympiques !

Ragnhild Mowinckel et Nina Haver-Løseth ont comblé un trou de 82 ans pour le ski alpin féminin norvégien et en montant sur les podiums des Jeux de PyeongChang 2018. Elles avaient assisté dans leur tendre enfance aux exploits des "Attacking Vikings" et à un fameux triplé dans le combiné alpin lors des Jeux de Lillehammer en 1994. Kjetil Andre Aamodt et Lasse Kjus les ont inspirées dans leurs parcours respectifs vers le plus haut niveau international.

 

Les skieurs et skieuses alpins norvégiens comptent aujourd'hui parmi les principaux protagonistes du circuit mondial, que ce soit aux Jeux Olympiques, en Coupe du monde ou aux Championnats du monde. Mais il n'en a pas toujours été ainsi ! Quand Kjetil Andre Aamodt remporte à 20 ans le super-G des Jeux d'Albertville en 1992 sur la Face de Bellevarde de Val d'Isère, il met fin à 40 ans d'attente, succédant à Stein Eriksen, médaillé d'or du slalom géant à Oslo en 1952. Il n'est que le deuxième champion olympique de son pays en ski alpin avant, quelques jours plus tard, le triomphe de Finn Christian Jagge devant Alberto Tomba dans le slalom disputé aux Ménuires.

Getty Images

Du côté des femmes, Laila-Schou Nilsen, en bronze dans la première épreuve de ski alpin de l'histoire olympique, le combiné alpin des aux Jeux de Garmisch-Partenkirchen en 1936, reste la... seule norvégienne médaillée dans ce sport.

Arrivent les Jeux de Lillehammer 1994. "Je ne sais pas, j'avais cinq ou six ans", explique Ragnhild Mowinckel. "Je me souviens que j'étais chez nos voisins et que nous regardions la télé. Il y avait du ski alpin. Je me souviens des stars, de l'âge d'or du ski alpin norvégien, c'était la crème de la crème".

Getty Images

Les 24 et 25 février 1994, pour la descente et les deux manches du slalom du combiné, à Hafjell, plus de 60. 00 spectateurs sont présents pour fêter... un très fameux triplé norvégien : Lasse Kjus l'emporte, Kjetil Andre Aamodt est son dauphin, Harald Christian Strand Nilsen les accompagne sur le podium. Le soir comme le raconte Aamodt, "110 000 personnes étaient présentes pour la cérémonie sur la place des médailles. Des frissons pour toute notre vie !".

"Je crois que Lillehammer 1994 a créé une toute nouvelle atmosphère pour le ski alpin en Norvège", dit Nina Haver-Løseth, "c'est dans les années 1990 qu'est née la légende des Attacking Vikings, et c'est quelque chose qui nous habite encore".

Getty Images

Les médailles olympiques se mettent alors à pleuvoir, mais seulement chez les hommes, avec Hans Petter Buraas (vainqueur du slalom à Nagano en 1998), Aamodt (qui montera sur huit podiums en tout, et décrochera quatre titres de champion olympique pour devenir le plus décoré de tous les skieurs alpins), Kjus (cinq médailles), Aksel Lund Svindal (quatre médailles dont deux en or), Kjetil Jansrud (cinq médailles dont un titre), Henrik Kristoffersen (plus jeune médaillé en slalom avec le bronze à Sotchi en 2014 à 19 ans).

Dans les années 2010, les deux petites filles émerveillées par les Jeux de Lillehammer 1994 se hissent au plus haut niveau international, Nina Haver-Løseth dans les épreuves techniques, Ragnhild Mowinckel plutôt tournée vers la vitesse, mais excellant également en slalom géant.

Getty Images

C'est elle qui va combler un trou de 82 ans, le 15 février 2018 à Yongpyong en remportant la médaille d'argent du slalom géant des Jeux de PyeongChang derrière Mikaela Shiffrin. Elle récidive cinq jours plus tard, à nouveau vice-championne olympique, cette fois en descente à seulement 9/100e de l'Italienne Sofia Goggia et devant la reine Lindsey Vonn.

Getty Images

Enfin, dans la dernière épreuve alpine des Jeux en République de Corée, Nina Haver-Løseth est membre de l'équipe de Norvège qui prend la médaille de bronze du "Team Event" gagné dans l'épreuve par équipes remportée par la Suisse.

Getty Images

"Je n'attendrai pas 2022, les autres filles non plus", disait Nina avant les Jeux de PyeongChang. Kjetil Andre Aamodt et les Attacking Vikings ont ouvert la voie, Ragnhild Mowinckel, à nouveau médaillée aux Championnats du monde de 2019 (bronze en combiné), et Nina Haver-Løseth (actuellement blessée) ont fait fructifier cet héritage. Pour la Norvège, nation n° 1 des Jeux d'hiver, où, dit-on, on naît "skis aux pieds", la transmission n'est pas un vain mot.

back to top En