skip to content
Date
12 janv. 2012
Tags
Innsbruck 2012 , JOJ

Innsbruck est dans les starting blocks


Alors que l’enthousiasme grandit à Innsbruck, ville hôte des 1ers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver, Christoph Geiler nous donne un aperçu de ce qui attend les jeunes athlètes à leur arrivée en Autriche.

Le Petit toit d’or d’Innsbruck est sans nul doute l’un des hauts lieux de la ville. Chaque année des milliers de touristes se rendent dans la capitale tyrolienne simplement pour découvrir les 2 657 bardeaux de tuiles de cuivre dorées à l’or fin qui abritent un balcon du 15e siècle au cœur de la cité. Mais, depuis peu, une nouvelle attraction au beau milieu de Maria-Theresien-Strasse, l’artère principale de la ville, lui fait concurrence. C’est l’immense horloge du compte à rebours olympique qui, infailliblement, marque les minutes qui nous séparent encore des 1ers Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d’hiver, lesquels suivent ceux d’été, organisés à Singapour en 2010.

«Nous sommes allés à Singapour pour les 1ers Jeux Olympiques de la Jeunesse sans savoir ce que donnerait cette expérimentation. Il s’agissait d’une première tentative, reconnaît le président du CIO, Jacques Rogge. Mais pour un coup d’essai, Singapour fut un coup de maître. Les athlètes ont été absolument ravis et ce rassemblement les a emballés.»

Les JOJ d’hiver, prévus du 13 au 22 janvier 2012, constitueront un temps fort de l’histoire olympique et sportive. Certes, il s’agira des 1ers Jeux d’hiver ouverts aux jeunes athlètes mais ce sera aussi la troisième fois que la flamme olympique brillera dans la même ville. Innsbruck, après avoir accueilli les Jeux Olympiques d’hiver en 1964 et en 1976, était donc l’hôte tout indiqué pour ces 1ers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver.

«C’est un grand honneur, confie Peter Bayer, directeur général d’Innsbruck 2012, et un fantastique défi. Cette occasion historique nous incite tous à faire de notre mieux. Et c’est fabuleux de constater à quel point notre jeune équipe est passionnée par ces Jeux et avec quelle détermination elle œuvre à leur préparation.»

À l’approche de l’ouverture, un mélange d’enthousiasme et d’impatience envahit l’atmosphère d’Innsbruck. La ville entière est parée de signes annonciateurs de la manifestation. Yoggl, la mascotte officielle, sourit à tout va sur les affiches annonçant les Jeux et une imposante délégation d’Innsbruck 2012 s’est rendue à plusieurs grandes manifestations sportives pour faire la promotion de ces JOJ d’hiver. Plus de 1 000 jeunes athlètes de 15 à 18 ans de plus de 65 pays sont attendus en janvier. Durant dix jours, ils s’affronteront pour des médailles dans 15 disciplines de sept sports.

Cependant accéder au podium ne sera pas le seul enjeu. En effet, ce sera aussi une belle occasion d’échanges entre des jeunes du monde entier, dans un mélange exceptionnel d’activités sportives et culturelles.

Les jeunes athlètes concourront dans les sept sports du programme des Jeux Olympiques d’hiver. Mais plusieurs des disciplines ont été modifiées pour l’occasion, de nouveaux types d’équipes et de compétitions sont prévus, avec des épreuves mixtes et des équipes composées d’athlètes de différents Comités Nationaux Olympiques.

D’autres épreuves, comme un défi d’habileté en hockey sur glace et le départ groupé en patinage de vitesse, ont été élaborées spécialement pour ces JOJ d’hiver. C’est ce qui les distingue des autres manifestations sportives et favorise la diffusion des valeurs olympiques auprès des jeunes athlètes, tout en incitant à l’esprit d’équipe et aux échanges culturels. À noter que le saut à ski féminin, le slopestyle en snowboard et le halfpipe en ski y feront leurs débuts olympiques.

Les compétitions se dérouleront sur des sites ayant accueilli des épreuves des Jeux d’hiver de 1964 et de 1976. La région de Seefeld est réservée au ski de fond tandis que les pentes du Patscherkofel, ouvertes aux compétitions alpines, ont été le théâtre d’épisodes olympiques mémorables comme la médaille d’or de Franz Klammer dans la descente des Jeux de 1976, tenue pour l’une des plus grandes victoires autrichiennes sportives de tous les temps.

Les Jeux eux-mêmes s’ouvriront avec une cérémonie élaborée, de 90 minutes, au stade de Bergisel à Innsbruck. L’histoire olympique de la ville sera le thème principal de cette ouverture officielle en présence de 13 000 fans olympiques qui assisteront à l’allumage de la vasque olympique.

La cérémonie de clôture, plus modeste, aura lieu le 22 janvier, au centre-ville, sur la place des victoires dans la rue Maria-Theresien-Strasse, où chaque soir auront été remises les médailles de ces Jeux.

Pour souscrire aux principes des JOJ, un Programme Culture et Éducation (PCE) sera proposé, en parallèle à celui des compétitions, avec des activités destinées aux jeunes athlètes. Ce PCE, dont le slogan «Chacun peut participer» est mobilisateur et se construit autour de thèmes comme les valeurs olympiques, un style de vie sain, la responsabilité sociale, l’expression et le développement des compétences.

«Cela nous permettra de transmettre aux jeunes athlètes des outils utiles à leur vie future, estime le président Rogge. En effet, nous sommes en présence d’athlètes de 15 à 18 ans. L’aspect sportif est donc important car ils sont les meilleurs de leur génération et les compétitions seront de très haut niveau. Mais en parallèle, il y aura une partie fantastique d’expériences culturelles et éducatives, qui est essentielle.»

Grâce à des séminaires et à des brochures d’information sur la nutrition et la lutte contre le dopage, l’accent sera placé sur l’incitation à une vie saine. La protection de l’environnement, l’usage réfléchi des ressources, l’échange d’idées et la diffusion des valeurs olympiques par les nouveaux médias ainsi que le développement d’une carrière professionnelle planifiée figureront également au programme.

«Nous souhaitons aider ces jeunes à devenir de meilleurs citoyens, souligne le président Rogge. Nous voulons leur transmettre des règles pour mener une vie saine, leur montrer comment entretenir des relations avec les médias, les sensibiliser à des valeurs sociales comme le respect de l’environnement ou la prévention des maladies transmissibles. Nous voudrions les prémunir contre les blessures. Ceci est primordial pour leur carrière d’athlètes autant que pour leur vie tout court.»

Les jeunes ambassadeurs, désignés par les Comités Nationaux Olympiques, inciteront les jeunes athlètes à prendre part aux activités et œuvreront à la présentation des valeurs olympiques. Des athlètes modèles joueront aussi un rôle essentiel aux JOJ. Ces athlètes de haut niveau, parmi lesquels de nombreux champions olympiques, profiteront de ces Jeux pour transmettre leurs conseils et donner l’exemple de la voie à suivre. Dans un espace spécial agencé à cette fin au village olympique, les jeunes athlètes pourront s’entretenir avec leurs idoles sportives telles que Samppa Lajunen, triple champion du monde finlandais de combiné nordique et Jeremy Wotherspoon, légende canadienne de patinage de vitesse.

À l’issue de Singapour 2010 qui s’est révélé une première probante, le concept des jeunes reporters sera repris à Innsbruck. De jeunes journalistes, réalisateurs, photographes et animateurs viendront se frotter à cette grande manifestation. Ils couvriront les JOJ, guidés par des représentants expérimentés des médias.

Le grand public est pour sa part incité à prendre part aux activités du PCE et les organisateurs, par des initiatives telles que le concours pour choisir la mascotte, l’ont déjà appelé à se manifester à l’approche des Jeux. C’est le chamois animé des Argentins Florencia Demaría et Luis Andrés Abbiati qui a été primé. Surnommée Yoggl, un nom qui fleure bon le Tyrol, la mascotte s’est imposée en posant partout dans le monde durant les vacances estivales pour des photos que les auteurs ont soumis dans un concours en ligne.

L’appel aux volontaires pour ces Jeux a été entendu: 1 400 personnes se sont inscrites et certaines, déjà, ont collaboré aux préparatifs avec le comité d’organisation. On y retrouve des anciens des Jeux Olympiques d’hiver d’il y a 35 ans, d’autres sont venus des pays voisins.

Afin de tenir le public mobilisé, tous les événements de la manifestation, qu’ils soient avec ou sans billets, seront gratuits.

«J’espère que toute la ville sera présente, démontrera son enthousiasme et fera la fête avec les athlètes», confie Peter Bayer. «Les gens de la région, et notamment les jeunes, doivent goûter à ces Jeux. Ce sera un spectacle exceptionnel de sport de haut niveau sur le pas de leur porte. C’est pourquoi nous avons voulu rendre gratuit l’accès aux compétitions. Nous souhaitons l’assistance la plus large et chacun doit pouvoir participer.»

Un relais de la flamme, prévu à l’approche des Jeux, amplifiait la sensibilisation du public. Exactement 2 012 coureurs relaient la flamme olympique de la jeunesse, allumée le 17 décembre 2011 à Athènes (Grèce), avant le départ du relais fixé à Innsbruck dix jours plus tard. Le parcours de 3 573 kilomètres, qui prévoyait 65 étapes, mènera la flamme dans le stade Bergisel pour la cérémonie d’ouverture le 13 janvier, début officiel de ces 1ers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver.

«Penser à la cérémonie d’ouverture et imaginer l’allumage de la vasque olympique de la jeunesse dans Bergisel me fait tout simplement frissonner», conclut Peter Bayer. «C’est une expérience qui, à n’en pas douter, sera extrêmement forte et émouvante.»

back to top