skip to content

Indifférentes à la pression

À 15 ans, ce sont les plus jeunes concurrentes des Jeux de Vancouver et pourtant elles disent ne pas ressentir la pression de devoir faire leurs preuves et être traitées comme n'importe quel autre athlète.


"La pression, c'est quelque chose que vous vous imposez à vous-même", explique la plus jeune de tous, l'Australienne Britteny Cox, spécialiste des bosses. "C'est plutôt génial de savoir que je suis la plus jeune de tous ici."

Britteny raconte que, même si elle fait l'objet de plaisanteries amicales, elle a tout de même l'impression d'être respectée en tant qu'athlète. "À cinq heures de l'après-midi par exemple, certains garçons de mon équipe qui aiment faire les pitres me disent 'Britt, c'est l'heure d'aller te coucher, tu ne crois pas ?' C'est amusant", dit-elle en riant. "Mais ils me prennent aussi au sérieux".

Pour la patineuse de vitesse japonaise Miho Takagi, son jeune âge est sans rapport avec ses capacités de sportive : "Je n'accorde pas trop d'importance à mon âge, je me concentre sur la course. Je suis jeune, d'accord, mais c'est un atout, car je peux apprendre davantage."

Miho a le sentiment que ses coéquipières plus âgées non seulement la traitent comme si elle avait leur âge, mais la prennent aussi sous leur aile.

Miho et Britteny ont été surprises d'apprendre qu'elles pouvaient participer aux Jeux de Vancouver, et même si elles n'ont pas remporté de médaille, être présentes ici à leur âge les aidera pour la prochaine édition des Jeux.

Par Kimiya Shokoohi, reporter JOJ

back to top