skip to content

Il y a 22 ans, Karine Ruby devenait la première championne olympique de snowboard

Karine Ruby Getty Images
Date
10 févr. 2020
Tags
Actualités Olympiques, Nagano 1998, Snowboard, France
Avec 67 victoires en Coupe du monde de snowboard, Karine Ruby détient un record qui n'a jamais été approché. Son sport fait ses débuts sur la scène olympique aux Jeux de Nagano en 1998. La première épreuve féminine a lieu le 10 février, il s'agit d'un slalom géant disputé sous la neige, sur le mont Yakebitai, que la Française de 20 ans remporte largement.


Il y a aujourd'hui cinq épreuves olympiques masculines et féminines de snowboard qui se partagent en courses (géant parallèle, snowboard cross) et compétitions acrobatiques (halfpipe, slopestyle, big air). C'est d'ailleurs le snowboard qui a, à chaque fois, ouvert la voie de la glisse "freestyle" avant que le ski ait lui aussi les mêmes épreuves au programme des Jeux.

Le snowboard est dérivé du surf et s'est développé sur les pentes enneigées d'Amérique du Nord dans les années 1970, jusqu'à devenir un sport de compétition. Il fait ses débuts aux Jeux Olympiques à Nagano en 1998 avec deux épreuves : le halfpipe, à qui un certain Shaun White donnera ses lettres de noblesse, et le slalom géant, sur un format abandonné ensuite. Les concurrents sont seuls sur le parcours face au chronomètre et la course comprend deux manches. À partir des Jeux de Salt Lake City en 2002, l'épreuve se dispute en parallèle.

Getty Images
Une pionnière au palmarès XXL

Le snowboard de compétition au niveau international a ses pionniers, et la première se nomme Karine Ruby. Elle naît le 4 janvier 1978 à Bonneville (Haute-Savoie) et grandit à Argentière, commune de Chamonix, à quelques mètres du téléphérique des Grands Montets qui mène sous l'aiguille verte à l'un des plus beaux espaces de haute montagne et de ski du monde. Quand, derrière la maison familiale, sont aménagés le petit téléski et la piste en pente douce des Chosalets, le destin d'une championne exceptionnelle n'est pas loin. Encore faut-il le forcer et Karine Ruby le fera. Elle rêve tout d’abord de devenir guide de haute montagne tout en s’essayant au snowboard, discipline naissante, sur la petite piste située derrière sa maison. Seulement confrontée à des garçons, elle relève le défi et débute la compétition à 14 ans.

Ruby remporte ses deux premières victoires internationales coup sur coup à l'âge de 16 ans en décembre 1994, un géant parallèle et un géant. Le classement général et le globe de cristal qui va avec n'existent pas encore. La première Coupe du monde de snowboard a lieu lors de la saison 1995-1996. Elle la remporte. En quelques années, alliant une technique, une force mentale et des qualités de battante hors du commun, jusqu'à l'hiver 2005-2006, elle se constitue un palmarès phénoménal, ponctué par un record absolu de 67 victoires en Coupe du monde toutes disciplines confondues, six titres mondiaux, six globes de cristal sacrant autant de succès au classement général de la Coupe du monde, 13 trophées de spécialités et deux médailles olympiques.

 

 


Victoire historique à Nagano sous la neige

Le mardi 10 février 1998, la neige tombe dru sur le mont Yakebitai où est planté le tracé du slalom géant du snowboard park de Kanbayashi dans la localité de Yamanouchi. Karine Ruby s'élance avec le dossard n°2, et elle maîtrise tout, les conditions météo et le parcours, pour créer de très importants écarts dans la première manche : deux secondes d'avance sur sa compatriote Isabelle Blanc ; toutes les autres concurrentes sont encore plus loin.

Lors de la seconde manche, Karine, tout juste 20 ans, se montre plus prudente. Elle ne réalise que le 6e chrono. Isabelle Blanc se montre alors très menaçante, elle est en tête à tous les intermédiaires, mais elle finit par rater la 36e porte, la dernière du tracé, et se retrouve disqualifiée. Karine Ruby est sacrée championne olympique avec une avance confortable de 1 sec. 83 sur l’Allemande Heidi Renoth ; l'Autrichienne Brigitte Köck prend le bronze à 2 sec. 08. La jeune championne française entre dans l’histoire en devenant la première championne olympique de son sport. Un intense tourbillon médiatique s'ensuit !

Après cette victoire historique, Karine Ruby poursuit sa domination planétaire. Elle réussit notamment à remporter trois médailles d’or (slalom parallèle, slalom géant et cross) lors des Championnats du monde de Madonna di Campliglio en 2001. Lors des Jeux Olympiques de Salt Lake City en 2002, l’épreuve disputée à Deer Valley est désormais le géant parallèle. Karine et Isabelle passent tous les tours pour s’affronter en finale, et c’est cette fois Isabelle Blanc de l’Alpe d’Huez qui l’emporte sur Karine Ruby de Chamonix, médaillée d’argent pour sa deuxième apparition olympique.

Karine Ruby Getty Images
Une autre passion qui lui coûte la vie

Après les Jeux de 2002, Karine Ruby se tourne vers le snowboard cross, où elle multiplie les succès, alors que la discipline entre au programme des JO de Turin. Le 17 février 2006 à Bardonecchia, la championne française est éliminée sur chute dès les quarts de finale pour sa dernière participation aux Jeux. Son ultime course est un snowboard cross de la FIS disputé chez elle à Chamonix en mars 2006, qu'elle remporte.

Karine Ruby met fin à sa carrière sportive et embrasse avec passion la profession à laquelle elle se destinait plus jeune : elle devient guide de haute montagne au sein de la prestigieuse compagnie chamoniarde. Le 29 mai 2009 lors d’une course sur le glacier du Géant à 3 300 m d’altitude, Karine perd la vie à 31 ans après avoir chuté de 20 m dans une crevasse. Toute la montagne française est en deuil, le sport national pleure une de ses plus grandes championnes et sa mère Claude trouve les mots justes pour lui rendre hommage : "Tu entretenais avec la montagne une relation fusionnelle. Comme toute passion dévorante, elle t’a avalée."

back to top En